Dernières critiques Rss

Publié le 6 juillet 2015  à propos de Point limite
Film ayant pris un méchant coup de vieux et au rythme soporifique.

Publié le 5 juillet 2015  à propos de Point Break (1991)
Point break est un film d'époque "mainstream" trop conventionnel, fade et ne présentant aucuns rebondissements.

Publié le 5 juillet 2015  à propos de Tous les chats sont gris
Un film dense et subtil, tout en n’étant jamais pesant ni accablant, contrairement à l'inclinaison d’un certain cinéma belge à la fibre sociale très forte mais particulièrement plombant. Un film belge qui aurait enfin trouvé son public belge ? Il arrive en tout cas à nous surprendre, tant nous aurions pu penser qu’il allait tranquillement emprunter un chemin balisé trop confortable. Mais ce ne sera que pour mieux prendre la tangente, par un retournement de situation auquel on ne s’attendait pas. La réalisatrice arrive sans peine à prendre le pouls d’une jeunesse en quête d’identité, sans jamais faire de la surenchère, mais au contraire en la jouant finement et intelligemment. Une réflexion autour de l’identité qui nous concerne tous, tant les adultes n’en sont pas exemptés. Un film enfin sur les classes sociales qui ne se mélangent toujours pas beaucoup (si ce n’est un soir de beuverie), sur la paternité et sur les apparences trompeuses, les non-dits et autres secrets de famille. Billet plus complet sur mon blog http://livresque-sentinelle.blogspot.be/2015/05/tous-les-chats-sont-gris-de-savina.html

Publié le 5 juillet 2015  à propos de Fin de partie
Si le droit de mourir sans acharnement thérapeutique avait déjà été abordé au cinéma, c’est bien la première fois que je le vois traiter sous le prisme d’un humour salvateur des plus bienvenus pour dédramatiser quelque peu un sujet des plus graves et délicats qui soit. Car il faut bien avouer que les sujets évoqués, comme la vieillesse, le dépérissement, la maladie et l’euthanasie, ne sont pas des plus sexy ni des plus racoleurs pour attirer le spectateur. Et pourtant il aurait tort de passer à côté de cette comédie dramatique où l’amitié, l’amour, et même la sexualité (et plus particulièrement l’homosexualité) se font la part belle. Un film tendre, sensible et bourré de charme, au ton drôle et décalé malgré la gravité du sujet. Une belle réussite pour une ode à la liberté de (bien) vivre et de choisir de mourir dans la dignité. Notons enfin l’interprétation remarquable des acteurs, la plupart méconnus chez nous mais certainement hautement appréciés en Israël.

Publié le 5 juillet 2015  à propos de Je suis mort mais j'ai des amis
Un road-movie tendre, absurde et déjanté, plein d’humour et d’ironie, des grands enfants en marge de la société qui n’ont jamais oublié leur rêve de jeunesse, même si la vie n’a sans doute pas été à la hauteur de leur espérance. Car il faut bien avouer que ce sont avant tout de magnifiques… loosers. Un film aussi sur le deuil et l’amitié, qui carbure à fond à l’énergie très rock’n’roll. Sympathique et bourré de charmes, il ne se prend jamais au sérieux mais nous offre une bagatelle de personnages souvent drôles, parfois pathétiques mais aussi émouvants et finalement très attachants. Billet plus détaillé sur mon blog http://livresque-sentinelle.blogspot.be/2015/06/je-suis-mort-mais-jai-des-amis-de.html

Les plus actifs du moment

21 critiques
11 critiques
8 critiques
4 critiques
4 critiques

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel