Dernières critiques Rss

Publié le 8 février 2016  à propos de Star Wars: Episode VII - Le Réveil de la Force

Publié le 7 février 2016  à propos de Point Break
J'oubliais.....la limite au moins de 12 ans est complètement injustifiée....c'est un film pour tous !

Publié le 7 février 2016  à propos de Point Break
L'histoire est simple mais le film est bon, on ne s'ennuie pas une seule seconde. Pas de scènes de violence excessive, pas de sexe à gogo mais une histoire haletante et des sports extrêmes, des scènes très réalistes et des cadres à couper le souffle....On se sent vivre dans ce film et on a l'impression d'être suspendus dans le vide à certain moments....A voir

Publié le 6 février 2016  à propos de Le tout nouveau testament
L'association Poelvoorde - Van Dormael était prometteuse. Elle tient la route mais plus dans la superposition des univers que dans leur fusion. Poelvoorde traverse l'univers de Toto le héros avec ses caractéristiques propres et le début amusant évolue en douceur vers une nostalgie surréaliste très belge. Quelques très beaux moments, mais une fin un peu en queue de poisson...au-dessus de la moyenne de la production actuelle en tous les cas donc à voir.

Publié le 6 février 2016  à propos de The Revenant
Décidément, je ne dois pas être fan d'Inarratu... Alors que nombre de professionnels, de journalistes et d'adeptes de cinéma le portent aux nues, je reste dubitatif... Birdman avait fini par m'énerver et The Revenant a fini par... m'ennuyer. Certes, je reconnais objectivement le talent de réalisateur du type, une empreinte personnelle, une originalité et une effervescence dans la mise en scène. Mais subjectivement, Inarratu ne me touche pas. Alors oui, l'histoire de ce western de survie et de vengeance est intéressante, les paysages sont grandioses, il y a Di Caprio et Tom Hardy, et on grelotte avec eux tout au long de cette immersion en terre sauvage et glaciale. Lumière naturelle, mise en situation des acteurs, cadre des Rockies, l'ensemble nous plonge dans l'eau glacée des rivières, des forets battues par les vents et des étendues balayées par les tempêtes de neige. La forme, une fois de plus, est réussie. Mais après avoir vu Léo ramper dans la neige une vingtaine de fois, pétri de circonvolutions de douleur tout autant et s'être réchauffé autour d'une dizaine de feux de camp, j'ai fini par me lasser et avoir envie que sa vendetta se termine enfin. Il est d'ailleurs singulier de constater que le rôle qui lui apportera sans doute un oscar qu'il mérite depuis longtemps n'est pas son rôle le plus marquant. Il y a bel et bien la prouesse physique d'un acteur qui donne tout, qui vit l'expérience à fond, d'un tournage rude, et ça l'Academy aime beaucoup. Et oui, il joue bien... Mais c'est aussi un rôle taiseux, tout en grimaces de douleurs et en yeux injectés de vengeance. Expressions qui peuvent également finir par lasser... Inarratu nous refait utilement le coup des plans séquences déjà utilisés à profusion dans Birdman et ça fonctionne redoutablement bien dans les scènes de bataille. Mais il devra trouver autre chose à l'avenir s'il ne veut pas un jour devenir une caricature de lui-même ou frôler l'exercice de style. On reconnaît déjà trop son astuce consistant à filmer quelques secondes le ciel (aperçu à travers le sommet des gratte-ciel dans Birdman, et au milieu de la cîme des arbres dans The Revenant) pour faire comprendre au spectateur qu'une nuit passe, sans pour autant couper le plan séquence. Les tics cinématographiques commencent déjà. Et au final, à quelques trop rares exceptions près, Inarratu échoue, en ce qui me concerne, à atteindre le principal : me faire passer des émotions. Un virtuose de l'objectif certes, mais qui peine encore à toucher au-delà de la forme.

Les plus actifs du moment

24 critiques
15 critiques
11 critiques
8 critiques
7 critiques

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel