Votre Top 5 Rss

Dernières critiques Rss

Publié le 2 mars 2000  à propos de La Ligne verte
Quel immense plaisir que celui de pouvoir être émue sans honte et sans sombrer dans l'agaçant et frustrant larmoyement habituel. Une salle comble (archi-comble) qui reste quelques secondes silencieuse après l'ultime image de ce film fascinant. Une soirée magique et inoubliable. Une précision d'horloger pour ce chef d'oeuvre mené de main de maître, parfaitement dosé d'humour, de drame et d'émotion. Un Oscar ? Ce serait une insulte...

Publié le 2 mars 2000  à propos de La Ligne verte
Très fidèle adaptation d'un roman de Stephen King, roman présentant la particularité d'avoir été conçu comme un roman-feuilleton (qui a donc originellement été publié par petits morceaux dans la presse). De ce fait, le récit procède inévitablement par petites touches, l'évolution de l'action étant presqu'imperceptible. Les amateurs de brusques retournements de situation seront de ce fait déçus. En outre ceux qui avaient trouvé un côté 'moralisateur américain' au récent The straight story de David Lynch décèleront un fumet épouvantablement 'béni-oui-oui' à cette histoire-ci. Mais Stephen King est avant tout, du moins pour ceux - dont je suis - qui ont lu tous ses livres, d'abord et avant tout un grand connaisseur et descripteur des 'micro-communautés' de vie (souvent de l'atmosphère de petites villes, comme dans l'inoubliable 'Bazaar'). Ici la communauté est d'un genre particulier, s'agissant du couloir de la mort d'un pénitentier louisianais dans les années 30. Il y est essentiellement question de compassion et de rédemption dans une atmosphère de ferveur simple - on nous y fait croire aux miracles ! - authentiquement sudiste. Une grande chaleur humaine se dégage des acteurs, qui ont visiblement pris plaisir à jouer cette mini-communauté, capables de s'émerveiller de faits de vie tellement simples, mais si significatifs dans un couloir de la mort, comme de contempler une souris en train de grignoter un morceau de biscuit... Un petit regret : que Gary Sinise, merveilleux acteur et de surcroît un habitué des adaptations des romans de King, se soit vu confier un rôle aussi antipathique que court.

Publié le 2 mars 2000  à propos de American beauty
Un bon navet américain, simpliste qui fait appel aux sentiments primates des Americains. Trop simpliste. Décousu. Sans valeur. A bruler sur le bucher des conneries. Vive le cinéma de qualité. Yankee go home. Le plus con de tout c'est le sac qui vole au vent. Connerie suprème. Sans sens. Surement qu'il obtiendra les 7 oscars comme le navet de Titanic. Ne perdez pas votre temps, ni argent. Allez voir plutot Felicia Journey.

Publié le 2 mars 2000  à propos de Himalaya
Ce film est un must pour tout amateur des grands espaces et de l'Himalaya. Il retrace la vie telle qu'elle est toujours de nos jours dans le Dolpo au Népal. J'ai vu ce film pour la première fois à Kathmandu au Népal et l'ai revu dernèrement ici à Bruxelles. Le fait que ce film est interprété par des acteurs locaux ajoute encore un plus à ce chef d'oeuvre. La musique, les chants et les prises de vue sont splendides et je ne peut que recommander de voir ce film. Vivement sa sortie en DVD.

Publié le 2 mars 2000  à propos de Comme un garçon
Un film superbe, essentiellement anglais. On croit rêver. D'ailleurs je crois que c'est le but car l'acteur secondaire mais tout aussi principal est un vrai appolon. A consommer avec moderation. L'ambiance dans la salle (Actor's Studio) était très gay, bref il n'y avait qu'une fille...

Les plus actifs du moment

3 critiques
2 critiques
2 critiques
1 critiques
1 critiques

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel