Loveless Faute d'amour

Titre original: Nelyubov
Origines:
  • Russie
  • France
  • Belgique
  • Allemagne
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 2017
Date de sortie: 27/09/2017
Durée: 2h07
Synopsis : Boris et Zhenya sont en train de divorcer. Ils se disputent sans cesse et enchaînent les visites de leur appartement en vue de le vendre. Ils préparent déjà leur avenir respectif : Boris est en couple avec une jeune femme enceinte et Zhenya fréquente un homme aisé qui semble prêt à l’épouser… Aucun des deux ne semble avoir d'intérêt pour Aliocha, leur fils de 12 ans. Jusqu'à ce qu'il disparaisse.

Vidéodu film Loveless / Faute d'amour

Actualités du film Loveless / Faute d'amour

Toute l'actualité cannoise ! Episode 2

Chaque jour, notre envoyé spécial à Cannes, Nicolas Gilson, nous livre ses impressions ! Découvrez ses critiques, coups de coeur (ou de gueule!) et interviews sur Ungrandmoment.be !

Horaires du film Loveless / Faute d'amour

Régions
Versions audio
Formats vidéo
Jours
Heures


Cinéma Le Stockel

Bruxelles


Horaires du film Loveless / Faute d'amour dans le cinéma Cinéma Le Stockel
Dates Versions Formats Heures
jeudi 30/11 VO   S.t. bil. Dig
20:15

Galeries Cinéma

Bruxelles


Horaires du film Loveless / Faute d'amour dans le cinéma Galeries Cinéma
Dates Versions Formats Heures
lundi 20/11 VO   S.t. bil. Ana
14:00
mardi 21/11 VO   S.t. bil. Ana
14:00

Vendôme

Bruxelles


Horaires du film Loveless / Faute d'amour dans le cinéma Vendôme
Dates Versions Formats Heures
lundi 20/11 VO   S.t. bil. Ana
16:00
mardi 21/11 VO   S.t. bil. Ana
16:00

Avis des internautesdu film Loveless / Faute d'amour

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 2 novembre 2017
Un film splendide, peut-être le plus beau, le plus fort d'Andreï Zviaguintsev, dont j'avais beaucoup aimé "Le retour", "Elena" et "Leviathan". Un film âpre, rude, mais profond, vrai. Les acteurs sont tous excellents. Une vision désillusionnée de la Russie d'aujourd'hui, avec ses classes moyennes supérieures interchangeables avec celles de l'Occident (la même addiction aux écrans, les mêmes appartements design et froids), avec cependant une allusion, par Zviaguintsev, à la propagande télévisuelle (quand on voit des JT mensongers sur la guerre en Ukraine).

Publié le 26 septembre 2017
A travers son histoire plutôt convenue, le réalisateur Andreï Zviaguintsev, nous entraîne dans un drame sombre et froid, à l’image de cette Russie peu accueillante et presque robotisée. La noirceur de son sujet, l’égoïsme évident des principaux protagonistes nous renvoit à une réalité qui fait mal à voir. Mais peut-on vraiment blâmer ces parents, égocentriques et peu empathiques ? Même si le scénario est plutôt convenu et la réalisation relativement classique, le film parvient à créer une atmosphère presque anxiogène, interpelle son public et le marquer durablement. La psychologie des personnages est finalement amenée, on tente de les comprendre sans jamais non plus les excuser. A travers cette histoire, c’est aussi une société connectée virtuellement mais horriblement individualiste qui est mise en avant, une modernité où l’égoïsme prend sans cesse le dessus alors que la notion de famille n’aura jamais sans doute été aussi importante que dans ses temps de misère et de violence(s) latente(s). Notre avis complet se trouve sur : http://www.ecran-et-toile.com/septembre-2017/faute-damour
  • 1

Partager

Suivez Cinebel