Sally84

Sally-ecran-et-toile
  • Membre depuis le 15/10/2015
  • Nombre de critiques : 235
Publié le 17 octobre 2017
Le cinéma espagnol nous a déjà offert de très jolies réalisations ces dernières années. « La isla minima » ou « La colère d’un homme patient » en sont quelques exemples. « Que Dieu nous pardonne » s’ajoute à cette belle lignée et parvient même à innover dans un genre où tout semblait avoir été fait. Réaliste, puissant, haletant, le dernier film de Rodrigo Sorogoyen vaut véritablement le détour pour tous les amateurs de polars sombres et denses. Excellent thriller au scénario très travaillé, « Que Dieu nous pardonne » est une valeur sûre. Le long-métrage de Rodrigo Sorogoyen démontre qu’il reste une place de choix pour de telles audaces cinématographiques, réalistes et (sur)prenantes. Des intrigues où rien n’est laissé au hasard et qui parviennent à tenir le spectateur en haleine jusqu’à leur dénouement remarquable. Un film à voir ! Avis complet : http://www.ecran-et-toile.com/octobre-2017/que-dieu-nous-pardonne

Publié le 16 octobre 2017
Dans les autres grosses attentes de ces prochains mois : « Wonderstruck », le dernier long métrage de Todd Haynes (réalisateur de « I’m not there » ou plus récemment de « Carol ») tenait une place de choix. Présenté en avant-première au Film Fest de Gent, l’adaptation du roman de Brian Selznick (« Hugo Cabret » déjà adapté au cinéma par Martin Scorsese) a attiré un large public d’enfants et d’adultes, curieux d’entrer dans ce « Musée des merveilles » (titre choisit pour la distribution française). La visite a-t-elle enjoué son public ou l’a-t-elle, au contraire, perdu en chemin ? Tout cela dépendra de la sensibilité du spectateur et ce qu’il est venu y chercher. Là où les amateurs de grandes aventures à la T.S Spivet seront a priori déçus, les autres, ceux qui feuillettent avec délectation des livres d’images, apprécieront tourner les pages de cette histoire incroyable. Attention, film non conventionnel droit devant. S’il est indéniablement très beau, « Wonderstruck » est aussi malheureusement très creux. L’impatience des petits enfants venus assister à la séance est bien la preuve que le film de Haynes ne s’adresse finalement pas à un jeune public mais n’a pour but d’éveiller l’âme d’enfant de ses spectateurs adultes. L’adaptation du roman est-elle réussie ? Difficile de statuer sur ce point puisque nous n’en avons pas été les lecteurs. L’exercice de style est-il abouti ? Plutôt oui, même si l’ennui à tendance à poindre à quelques reprises. Les émotions qu’il délivre, l’incroyable performance de jeunes acteurs et le travail fait sur la photographie et la reconstitution d’époques sont véritablement intéressants mais l’impression générale nous laisse un arrière goût amer et une sensation de trop peu … On en parle plus longuement sur : http://www.ecran-et-toile.com/les-films-2017/wonderstruck

Publié le 15 octobre 2017
Le sport au cinéma nous a, en général, livré de jolies réalisations. « Eddie the Eagle » est d’ailleurs un des plus beaux exemples qui soit sorti ces dernières années. Après les courses automobiles, le catch ou encore les sports d’hiver, cette fin d’année 2017 confère une place de choix au tennis à travers le film « Battle of sexes » (de Jonathan Dayton - Valerie Faris) et l’attendu « Borg/McEnroe » du Suédois Janus Metz Pedersen. Présentant la finale d’anthologie de Wimbledon en 1980, le film signe surtout le grand retour d’un Shia LaBeouf en (très) grande forme ! La version originale suédoise/anglaise ajoute un vrai plus au film, lui donnant une authenticité supplémentaire non négligeable. Instructif, le long-métrage de Janus Metz Pedersen ne souffre peut-être que de certaines longueurs et d’une certaine subjectivité… quoique. Les dernières images laissent penser que le parti pris n’est pas total et le réalisateur est parvenu à laisser une place au passé et à l’humanité du jeune américain en quête de victoires… et de reconnaissance. Appréciable, « Borg/McEnroe » est un bel hommage à deux sportifs qui ont fait l’Histoire et un film enthousiasmant que l’on découvrira avec beaucoup de plaisir. On vous en parle sur : http://www.ecran-et-toile.com/les-films-du-film-fest-gent-2017/borgmc-enroe

Publié le 15 octobre 2017
« Battle of the sexes » est un grand, grand film…et assurément l’un de ceux qui feront partie du top 10 2017. Si nous attendions avec enthousiasme de découvrir le tandem Emma Stone/ Steve Carell dans une comédie dramatique basée sur des faits réels, nous n’espérions cependant pas en sortir aussi marqués, le film a smashé nos cœurs de cinéphiles et risque bien d’en faire tout autant auprès de ses futurs (et on le souhaite nombreux) spectateurs. Teinté d’humour, il se savoure, pour ses répliques, sa mise en scène, son jeu d’acteurs, sa réalisation, sa reconstitution et sa musique… bref, pour tout ce qui fait qu’un film peut devenir en quelques heures à peine, un véritable chef d’œuvre. A tous ceux qui craignent de découvrir un film féministe dans tous ses excès nous leur répondons que non, « Battle of the sexes » n’est pas donneur de leçon mais bel et bien un savoureux film totalement maîtrisé évoquant un combat noble et déterminant pour le monde du sport (et la société entière ?). La preuve ? Nous écrivons cet avis à quatre mains, tout comme le film l’a été par son équipe de réalisateurs. Mais la bande annonce vous convaincra peut-être un peu plus si nous n’avons pas pu le faire ? Ecran et toile vous en parle sur : http://www.ecran-et-toile.com/les-films-2017/battle-of-the-sexes

Publié le 12 octobre 2017
« Détroit » le dernier film de Kathryn Bigelow nous apparaît comme le film « choc » de cette rentrée cinématographique ! Mélangeant les genres tout en étant proche du documentaire son long-métrage offre une reconstitution ultra convaincante et rythmée d’une époque pas si lointaine où le racisme gangrenait toutes les strates de la société américaine. Attention, film d’utilité publique en approche ! Cinquante ans plus tard, le constat est encore alarmant. La société américaine, terre d’immigration et de multiculturalité souffre toujours de ses « bavures policières » et de sa différenciation ethnique. Plus qu’un réquisitoire habile, Kathryn Bigelow parvient à réaliser un véritable travail de mémoire emprunt d’une violente sincérité. Le réalisme de « Détroit » fait très mal aux consciences et aide à grandir… Ecran et toile vous en parle sur : http://www.ecran-et-toile.com/octobre-2017/detroit

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel