Interstellar

Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Science-fiction
  • Aventure
  • Mystère
Public: Tout public
Année de production: 2014
Date de sortie: 05/11/2014
Durée: 2h49
Synopsis : Le film raconte les aventures d’un groupe d’explorateurs qui utilisent une faille récemment découverte dans l’espace-temps afin de repousser les limites humaines et partir à la conquête des distances astronomiques dans un voyage interstellaire.

Avis des internautesdu film Interstellar

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 18 août 2018
Vu en DVD. Peut-être pas le plus mauvais film de tous les temps, mais il est en lice. Non seulement interminable et plombé par un discours et des dialogues creux et redondants (on veut mettre les philosophes au chômage), mais aussi d'une insondable invraisemblance même pour un physicien de 1e candi (ah, le trou noir soft !!!). Une parfaite nullité où CN a recyclé les effets spéciaux d'Inception. Lamentable.

Publié le 21 janvier 2015
Une nouvelle fresque grandiose de la part de Nolan. Même si on peut reprocher au film de jouer sur des tableaux incompatibles (on oscille souvent entre le blockbuster et le film d'auteur grandiloquent à la 2001) le résultat reste vraiment plaisant et propose un traitement rare et original. L'opposition de style par rapport à un film comme Gravity est intéressante, on est dans une approche de l'image bien moins lisse et parfaite, ce qui confère un sentiment de réalisme très à propos. Même si Matthew McConaughey reste dans le même registre que certains de ses derniers rôles, son personnage fonctionne très bien... Le film aurait mérité d'être écourté d'une bonne demi heure par contre...

Publié le 8 décembre 2014
Epoustouflant, esthétiquement somptueux, un rythme au ralenti sans qu’il y ait de longueurs, ponctué par de petits moments d’action (quand je dis action, c’est plus dans l’intensité que dans la vraie action boum paf bang ratatatatatatata). On est loin des blockbusters de sci-fi « typiques » où les dialogues sont pourris et tout ce qui compte sont le nombre d’explosions à la minute, de trahisons du beau-gosse qu’on sent arriver dès le début, de scènes de sexe torrides à la rien à voir dans une navette spatiale entre « le-vétéran-de-l’armée-reconverti-en-fermier-après-la-mort-tragique-de-son-frère-et-la-scientifique-assignée-au-projet-qui-le-trouve-rustre-et-mauvais-pour-la-fonction-mais-que-le-charme-bourru-arrive-à-conquérir-au-fil-du-temps », c’est un film « presque » plausible, encore une fois par rapport aux « typiques » films américains, la dragée passe facilement et on aurait même tendance parfois à se dire « et si c’était vrai ? ». Bref, un film où McConaughey est (encore) sublime, où on est pas dans l’extravagant film de sci-fi avec des flingues à particules qui tasent les cerveaux des méchants aliens tout dégueu, mais vraiment dans un film de sci-fi d’exploration spatiale pure et dure. Michael Caine fait du Michael Caine mais ça marche (encore), Matt Damon a un petit rôle mais il est magique. Je suis décidément un fan absolu de Christopher Nolan (The Dark Night Rises, le meilleur film de super héro de tous les temps. Le Prestige, meilleur Thriller des années 2000, Memento, extravagance cinématographique phénoménale. Inception, qui a frôlé l’Oscar du meilleur film 2010… ce mec est une machine à succès qui sort des sentiers battus des genres auxquels il s’attaque). Un film à aller voir sans condition. Petit bémol perso : je n’avais beaucoup aimé Anne Hathaway que dans les Misérables, je ne l’ai jamais trouvée vraiment géniale sauf dans ce dernier, et ce n’est pas avec Interstellar que cette impression aura changé. Et comme toutes les bonnes choses ont une fin, le film est tellement magistral pendant 2h47 que les 10 dernières minutes ont un goût d’inachevé.

Publié le 8 décembre 2014
Je m'attendais à qqch de trop peu crédible, mais finalement cela tient la route et renoue avec les grandes épopées (même si cela manque parfois de finesse). A voir!

Publié le 7 décembre 2014
Bon film de SF aux images soignées et à la philosophie new age. C'est plus l'ombre de Spielberg que celle de Kubrick qui plane dans l'espace intergalactique car le rapport à la famille prend une grande place. Même si le film est très long, il n'est pas pour autant "inter(minable)stellar" car les trouvailles visuelles et scénaristiques sont nombreuses. Et puis faut dire qu'après ce film on ne regarde plus sa bibliothèque du même oeil.

Ils recommandent ce film

Partager

Suivez Cinebel