Valse avec Bachir

Titre original: Waltz With Bashir
Réalisateur:
Origines:
  • Israël
  • Allemagne
Genres:
  • Film d'animation
  • Drame
  • Documentaire
Public: Tout public
Année de production: 2008
Date de sortie: 10/09/2008
Durée: 1h27
Synopsis : Ari, metteur en scène israélien, a rendez-vous en pleine nuit dans un bar avec un ami en proie à des cauchemars récurrents, au cours desquels il se retrouve systématiquement pourchassé par une meute de 26 chiens. 26, exactement le nombre de chiens qu’il a dû tuer au cours de la guerre du Liban, au début des années 80! Le lendemain, Ari, pour la première fois, retrouve un souvenir de cette période de sa vie. Une image muette, lancinante : lui-même, jeune soldat, se baigne devant Beyrouth avec deux camarades. Il éprouve alors un besoin vital de découvrir la vérité à propos de cette fraction d’Histoire et de lui-même et décide, pour y parvenir, d’aller interviewer à travers le monde quelques-uns de ses anciens compagnons d’armes. Plus Ari s’enfoncera à l’intérieur de sa mémoire, plus les images oubliées referont surface.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    9.0/10 7 votes - 9 critiques
  • 10.0/10  Cote de lalibre.be du film Valse avec Bachir

  • 10.0/10  Cote de DH.be du film Valse avec Bachir

Actualités du film Valse avec Bachir

Vu à Cannes : "Le Congrès" d'Ari Folman

On attendait beaucoup du retour d’Ari Folman à Cannes, après son remarqué Valse avec Bachir (2008), surprenant documentaire animé sur les massacres de Sabra et Chatila.

Avis des internautesdu film Valse avec Bachir

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 7 février 2009
Un film émouvant et surtout intelligent. Pas de misérabilisme, juste de l'humain. Un chef-d'oeuvre.

Publié le 14 janvier 2009
Félicitations à Ari Folman, qui vient de recevoir le Golden Globe du meilleur film étranger. Son film ne manque que de très peu la perfection, en raison, selon moi, d'une fin artistiquement un peu bâclée pour amener le spectateur au nécessaire retour à la réalité. Mais la réussite des 4/5èmes du film est tellement éclatante. Si vous ne l'avez pas encore vu, courez!

Publié le 29 décembre 2008
Né en 1962 à Haifa en Israël, Ari Folman a réalisé précédemment deux longs métrages : Sainte Clara en 1996 et Made In Israel en 2001. Son troisième film, Waltz With Bashir est autobiographique et faisait partie de la compétition officielle du Festival de Cannes en 2008. Le réalisateur israélien a d'abord monté un film vidéo de 90 minutes. L'équipe d'animation a ensuite développé un storyboard composé de 2.300 dessins avant de passer à l'animation proprement dite. Waltz With Bashir mêle animations Flash, animations classiques et de la 3D. Dès la première scène, le film séduit par une animation très bandes dessinées aux couleurs saturées. Après la claque de l'esthétisme, Waltz With Bashir surprend agréablement par son approche innovante d'un documentaire animé. Enfin, la gravité du sujet apporte une dimension supplémentaire à cette autobiographie cinématographique qui ne peut laisser personne indifférent. Certainement le film le plus marquant de cette année 2008, ce documentaire animé d'Ari Folman ouvre la porte aussi bien au débat politique qu'à de nouvelles approches du cinéma moderne. Les dernières images de Waltz With Bashir enfoncent définitivement le clou sur la pertinence d'un tel projet où le cinéma d'animation et le documentaire ne font plus qu'un pour une cohésion parfaite. Á Retenir : un soldat qui n'a pas froid aux yeux, un soldat qui n'a pas le pied marin, une voiture prise pour cible, une mémoire sélective et "this is not a love movie".

Publié le 13 novembre 2008
Histoire, graphisme, musique, tout est beau!

Publié le 12 octobre 2008
Le style graphique est magnifique ! L'animation est assez rigide mais très justifiée, à mon humble avis : on dirait des pantins coincés dans des uniformes étriqués, dans des rôles qu'on leur a imposé... Ont-ils vriement le choix ? On ne s'ennuie pas une miniuté et les allégories sont magnifiques. La fin ne me pose absolumment aucun problème : elle nous permet des sortir de l'imaginaire et d'être confronté à une triste réalité... bien affligante! Châpeau bas!

Partager

Suivez Cinebel