Dernières critiques Rss

Publié le 29 janvier 2000  à propos de Le Sixième sens
Si c'est un film qui veut vous prendre au piège et vous surprendre, c'est très réussi! Si c'est un film sur la mort et sa signification profonde, allez plutôt voir 'Intérieur' de Woody Allen, 'Et vogue le navire' de Fellini ou 'Cris et Chuchotements' de Bergman (il repasse cette semaine à la télé). Damien

Publié le 28 janvier 2000  à propos de Une pour toutes
Ce film est déplorable. Claude Lelouche fait en général beaucoup mieux! Je n'ai pas compris grand chose au film et je me suis ennuyé à mourrir. Le film présente un ensemble de clichés faciles (sur les gens très fortunés) en les exagérant jusqu'à l'absurde.

Publié le 28 janvier 2000  à propos de Himalaya
Ne pensez pas que je veuille monopoliser cette page, mais c'est un forum après tout. Message à Anne (28/12/99), qui se plaint de la mauvaise qualité du doublage. Mais UN DOUBLAGE NE PEUT PAS ETRE BON, car, de par sa nature même, il est une attaque frontale contre l'intellect, en général, et, en particulier, contre le film originel (qui forme un tout : images et son, c.-à-d. aussi les dialogues), contre le réalisateur (qui met évidemment autant de soin à fignoler cette partie qu'il en met à polir ses images), contre les acteurs (qui se décarcassent pour rendre leurs textes avec vérité et émotion et, surtout, avec les accents typiques d'une région ou d'une classe sociale, ce qui se perd totalement lors d'un doublage en français - langue qui n'a presque pas d'accents, qui seraient de toute façon inadéquats - par des acteurs mercenaires), contre le dialoguiste aussi, qui a écrit des mots, des phrases qui ne peuvent qu'être trahis par des tâcherons pressés. Je pourrais continuer longtemps ainsi à essayer de convaincre un (trop) grand nombre de spectateurs wallons et français qui cherchent la facilité (se privant, en passant, de l'avantage de se frotter à des cultures étrangères) et, surtout, surtout, les distributeurs, qui contribuent à cet appauvrissement intellectuel manifeste. Peut-être que quelques exemples auront plus de force de frappe : 1° imaginez Jean Gabin, Philippe Noiret, Sabine Azéma ou Poelvoorde doublés en finnois 2° pensez au mal que se donne un Anthony Hopkins pour prendre l'accent, tour à tour, de Richard Nixon, d'un butler, d'un capitaine de navire et à Meryl Streep qui, dans 'Sophie's Choice', parle anglais avec un accent polonais : tout ce talent, toute cette conscience professionnelle sont balayés par du français passe-partout 3° imaginez (moi je n'ose pas) 'Shakespeare in Love'(qui n'est certainement pas un grand film, mais méritoire quand même) doublé en français, ou en serbo-croate! Pour moi, un film doublé, c'est comme un Rembrandt dont on aurait supprimé tous les noirs pour y mettre du rose bonbon, un quatuor de Mozart dans laquelle on aurait remplacé les violons par des accordéons, le Parthénon transformé en Pizza Hut et 'A la recherche du temps perdu' mis en B.D. Vive la V.O., même si c'est en japonais, en romani, ou...en un dialecte népalais, comme dans le film 'mal doublé' en question.

Publié le 28 janvier 2000  à propos de Comme un garçon
Petit film très sympa. Amour adolescentes...on a tous connu cela un jour ou l'autre, sauf qu'ici cela se passe entre garçons... Un peu lent au début, mais la scène de 'coming out' de Steven vaut très largement l'attente (émotions!). A voir ABSOLUMENT par tous ceux (et celles) qui se sentent concernés par cette autre façon d'aimer.

Publié le 28 janvier 2000  à propos de Le Sixième sens
Sans entrer dans un domaine technique de réalisation et de mise en scène, je trouve ce film très chouette. Une autre manière de concevoir la mort. Une leçon de confiance entre des adultes (la mère et le psy) et un enfant et une leçon de courage entre un enfant et son monde qui est différent de celui de adultes (et dans ce cas précis très différent!). Concernant la mise en scène, je l'ai trouvée géniale, les moments où l'enfant et le psy sont en contact avec d'autres personnes (le décès de la jeune fille ou encore quand l'enfant rentre et que le psy est assis près de sa mère dans le salon)sont des moments qui retrospectivement sont géniaux. Très bon scénario, avec un petit goût de déjà vu (ghost), mais traîté différemment.

Les plus actifs du moment

7 critiques
6 critiques
6 critiques
6 critiques
3 critiques

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel