...Et pour quelques dollars de plus

Titre original: For a Few Dollars More
Origine:
  • États-Unis
Genre:
  • Western
Public: Tout public
Année de production: 1965
Durée: 2h10
Synopsis : Un chasseur de primes et un mystérieux tireur, s'associent pour des raisons différentes dans un jeu mortel à issues variables contre un bandit mexicain sadique, jusqu'à la mémorable confrontation finale...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    9.2/10 4 votes - 4 critiques

Photo du film ...Et pour quelques dollars de plus

Avis des internautesdu film ...Et pour quelques dollars de plus

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 10 janvier 2013
Un film archétypal, qui vieillit bien, à déguster sans modération.

Publié le 31 août 2006
En 1964, un cinéaste italien du nom de Sergio Leone avait, sous le pseudonyme de Bob Robertson, créé une véritable révolution dans le domaine du western avec un film intitulé "Pour une poignée de dollars". Avec ce film, les Italiens avaient définitivement prouvé aux Américains - qui, à l' époque, considéraient presque le western comme leur chasse gardée - et au reste du monde aussi qu' ils étaient capables de faire tout aussi bien qu' eux. Le film contribua ainsi à faire de Leone l' égal de John Ford ou d' Howard Hawks (les maîtres du genre) et à propulser sur le devant de la scène un nouvel acteur qui allait faire de ce genre une de ses spécialités: Clint Eastwood, qui, jusque là, excepter la série "Rawhide", n' avait guère eu l' occasion de montrer tout son talent. "Pour une poignée de dollars" l' avait sorti de l' ombre, "Et pour quelques dollars de plus" allait établir sa notoriété et en faire le digne successeur des plus illustres acteurs du western américain. Mais, avec Eastwood, Leone impose aussi un nouveau portrait-type du cow-boy: un long poncho crasseux lui servant à la fois de cape et de couverture, des habits rapiécées, un chapeau et des bottes usées et une barbe d' une semaine sur le visage... Bref, moins prestant, mais plus réaliste, tels que ce à quoi ressemblaient véritablement les cavaliers solitaires en ce temps-là. Face à Eastwood, un ancien colonel, Mortymer (Lee Van Cleef), ressemble, lui, plus à l' image du cow-boy tels qu' on se le faisait à l' époque. Bien habillé, affichant plus "gentleman" par rapport à Eastwood, mais tout aussi habile à manier le fusil ou le revolver. Lui, contrairement à ce dernier, n' est pas un vrai chasseur de primes: il ne poursuit pas le criminel que tous deux recherches - Gian Maria Volonté, magnifiquement en chef de gang aussi fou que dangereux - pour l' agent, mais pour accomplir une vengeance... En plus d' une réalisation magistrale et de l' atmosphère si savoureuse et particulière de Leone, le fim est admirablement servie par une musique qui est devenue elle aussi incontournable dans son genre, due à Ennio Morricone. La collaboration entre celui-ci, Leone et Eastwood, connaîtra son apothéose deux ans plus-tard avec "Le bon, la brute et le truand".

Publié le 29 août 2002
Je crois que le grand mérite de Sergio Leone, fut de démystifier les héros proprets de l'Ouest en les affublant de cache poussière et les montrant tels que des cavaliers doivent se trouver après des journées passées à cheval. Sergio Leone, sans l'avouer a tordu le cou à John Wayne et consorts... Michel Quéméner.

Publié le 31 juillet 2002
Super classique dans son catéegorie ! A deguster plusieurs fois.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel