La Vie sexuelle des Belges

Origine:
  • Belgique
Genre:
  • Comédie dramatique
Public: Tout public
Année de production: 1994
Durée: 1h25
Synopsis : Tout commence dans le fin fond de la Flandre des années cinquante. Jan Bucquoy est né. Bien avant de devenir le trublion que l'on connaît aujourd'hui, Jan fut touché de plein fouet par la belgitude: bercé dans l'atmosphère petite-bourgeoise d'une famille de Arelgem, rien ne pouvait lui présager un avenir palpitant... Pourtant, c'est en débarquant à Bruxelles que la vie va se révèler plus attrayante. Jan découvre le bistrot anar le Dolle Mol, qui lui ouvrira bien des horizons, et se plonge dans la littérature, Karl Marx et le sexe. Vous l'aurez compris, cette 'Vie sexuelle des Belges' est avant tout la vie sexuelle de Jan Bucquoy. Ou du moins, la première partie (le récit s'arrête ici dans les années septante) d'une trilogie autobiographique qui donnera lieu par la suite à 'Camping Cosmos' et à 'La vie politique des Belges'. On connaissait Bucquoy, l'auteur et scénariste de bandes dessinées (rappelez-vous de la série 'Jaunes' notamment), le conservateur des musées du slip et de la femme, le barman du Dolle Mol, le 'provo' qui déclencha un scandale sur le plateaux d'une émission de Dechavanne, celui qui provoqua la suppression d'une émission d'Hervé Meillon suite à un savoureux 'débat' qui tourna mal, celui qui immola par le feu un vrai-faux tableau de René Magritte... Avec ce film 'pauvre' (tourné sans financement public) et totalement différent de la BD du même nom, Bucquoy touche pour la première fois au cinéma avec une ironie, une maladresse et une (auto)dérision singulières.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    Il n'y a pas suffisamment de cotes (1)

Avis des internautesdu film La Vie sexuelle des Belges

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 30 septembre 2002
Autobiographie d'un écrivain belge de BD qui veut se faire remarquer par ses propos vulgaires issus de la tradition dadaïste. On appréciera mieux ce film iconoclaste qui fait apparement parti des cult-movies belges comme C'est arrivez près de chez vous etc... Et pourquoi ce titre qui fait penser à un film porno? Ce qui n'empêche que le film est bourré de scènes intimistes merveilleusement mises en image par Michel Baudour, le caméraman. Dialogues en suspens, scènes familiales cochon qui mettent en évidence la classe ouvrière de la Flandre profonde.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel