Une histoire vraie

Titre original: The straight story
Origine:
  • États-Unis
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 1999
Date de sortie: 24/11/1999
Durée: 1h51
Synopsis : Alvin Straight (Richard Farnsworth), un homme veuf d'un certain âge, vit seul avec sa fille Rose (Sissy Spacek). Un jour, il fait une stupide chute sur le sol de la cuisine. Après une visite chez le médecin, Alvin prend réellement conscience de son âge avancé. L'époque où il se trouvait fort comme un boeuf est désormais révolue et les années passent. Ce soir-là, Alvin reçoit un coup de téléphone qui lui annonce que son frère (Harry Dean Stanton) avec qui il n'a plus eu de contact depuis près de 10 ans, a été frappé d'une crise cardiaque. Alvin entrevoit alors à nouveau le caractère incontournable de la mort. Alvin projette d'ainsi d'aller rendre visite à son frère. A cours d'argent, il entreprend ce long voyage sur son propre tracteur tondeuse. Un grand voyage qui lui occasionnera bien des difficultés et des rencontres fortuites. Après six semaines, la maison de son frère apparaît enfin...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    9.5/10 12 votes - 12 critiques

Photo du film Une histoire vraie

Avis des internautesdu film Une histoire vraie

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 26 décembre 1999
J'ai été bouleversé par ce film sublime de Lynch, qui nous montre enfin qu'il peut, avec énormémént de poésie et de tendresse, jouer une autre carte de celle de ses ambiances malsaines, auquelles il nous avait habitué. Inutile de rappeler que l'acteur principal est extraordinaire, j'ai rarement vu un regard aussi expressif au cinéma. Toutefois, on reconnaît la'patte' (geniale?) de Lynch: aucun plan n'est innocent, il ne filme jamais aucune scène 'normalement', et tue le spectateur par son émotion simple. De la poésie à l'état pur! Quelque part, en sortant de la salle, on se dit 'quel Salopard, ce Lynch', de nous faire tirer des larmes avec son talent, tout en douceur et en simplicité... La musique est, à l'instar du film, simple et terriblement touchante. Angelo Badalamenti signe là l'une de ses plus belles réussites. Bref, pour abréger, ce film est pour moi, avec 'The Thin Red Line' (incontournable) et 'Todo Sobre Mi Madre', l'un des meilleurs de cette (pauvre) année 1999 de cinéma. PS: Hugues Dahiez est pour moi le meilleur critique de notre plat pays: finesse, humour et franchise, etc. ce n'est pas pour faire de la lèche, mais ses conseils ne m'ont jamais déçu...

Publié le 10 décembre 1999
Voilà un film qui nous donne envie d'être gentils, d'aller voir nos grands-parents, de ne plus nous chamailler en famille. Alvin nous montre en même temps la tristesse ('être aveugle et boiteux en même temps'), et la beauté de vieillir ('on a tant vécu et tant vu, qu'on apprend à distinguer ce qui est bon de ce qui est mauvais, ce qui est petit et sans importance de ce qui est vraiment important'). Un très beau film dont la lenteur ne dérange pas, tant on a envie de partager le sort de ce vieux têtu et courageux, dont le regard humide et bon nous touche tellement.

Partager

Suivez Cinebel