Godzilla (1998)

Origine:
  • États-Unis
Genre:
  • Science-fiction
Public: Tout public
Année de production: 1998
Date de sortie: 16/09/1998
Durée: 2h18
Synopsis : Un éclair de lumière blanche aveuglant et dévastateur remplit le ciel au-dessus des îles de la Polynésie française. L'Océan Pacifique bouillonnant engloutit un supertanker à une vitesse incroyable. Cette attaque mystérieuse laisse un marin japonais survivant dans une terreur quasi catatonique. Des empreintes géantes frayent un chemin sinistre à travers de vastes forêts et plages panaméennes. Au large de la côte des Etats-Unis, des navires chavirent et sont aussitôt engloutis par une mer inexplicablement houleuse et totalement détruits. Cette destruction incessante et inattendue se dirige vers une petite île très peuplée appelée New York. Loin de là, Nick Tatopoulos, un savant atomiste qui étudie les effets àlong terme de l'accident de Tchemobyl, est arraché à ses recherches afin de se concentrer sur le plus grand projet de sa carrière:aider les E.U. à conquérir le monstre responsable de tous ces désastres mystérieux.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    Il n'y a pas suffisamment de cotes (1)

Avis des internautesdu film Godzilla (1998)

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 23 juin 2006
Réalisateur des très connus (et plus ou moins bon suivant les cas) "Stargate", "Independance Day", ou encore "Le patriote", Roland Emmerich est ce qu' on pourrait appeler un spécialiste du film à grand spectacle... Un grand spectacle dont l' histoire, dans certains cas (comme dans "Le patriote" ou "Independance day", laisse néanmoins s' échapper un sous-entendu que tout spectateur un tant soit peu attentif saura perçevoir et déchiffrer. Un sous-entendu, ou "message", en question qui a de quoi faire quelque peu grincer des dents chez nous autres Européens: L' Amérique protège et sauve le monde ! (et c' est aussi un peu le cas avec "Godzilla")... Evidemment, cela à de quoi mettre un tantinet en pêtard chez nos politiques et même chez l' homme de la rue - surtout par les temps qui courent !... Heureusement pour nous, on parviendra sans trop de mal à laisser ce petit côté déplaisant et à se concentrer ce qui nous intéresse le plus ici lorsque l' on regarde un film de ce genre: l' action et les effets spéciaux (le scénario, on se doute assez bien, est, comme souvent dans ces cas-là, juste assez consistant pour ménager un rythme sans temps morts). Hors, ici, on est franchement gâtés: le monstre en question est un dino quasi aussi grand que l' Empire State Building... et donc, bien évidemment, il sème une véritable terreur dès qu' il montre le bout de son museau. En l' occurence, c' est au sein de l' île de Manhattan, à New York, que cette grosse bêbête a décidé de s' installer pour y faire son nid. Et donc nous pondre plein de jolis petits monstres qui risquent bien par finir à s' emparer du monde si on ne les arrête pas. Et justement, deux hommes sont bien décidés à mettre hors d' état de nuire le gros monstre et sa couvée: un scientifique (Matthew Broderick) et un agent des Services secrets français (Jean Reno)... Directement, et ouvertement, inspiré du film japonais du même nom (au Japon, Godzilla est devenu une figure incontournable de la culture populaire, aussi bien chez les gosses que chez les adultes). La différence, c' est qu' ici, ce ne sont pas des essais nucléaires qui réveillent un monstre endormi depuis des millions d' années; mais un lézard de la Polynésie Française qui, contaminé par les essais nucléaires que la France y a mené pendant plus de trente ans, subit les effets d' une mutation et se transforme en le monstre que l' on sait... Inutile de raconter, puisqu' on la devine aisément (et de dès le début du film): le monstre finira par être vaincu et tout le monde pourra rentrer chez soi, heureux et sain et sauf ! Malgré ça, tout amateur du genre en aura pour son argent et passera un très agréable moment de suspense et d' action à suivre la poursuite du monstre à travers les rues - et aussi le sous-sol - de Manhattan. Et même si les personnages - en particulier les seconds rôles - sont un peu caricaturaux, Jean Reno et Matthew Broderick rendent leurs personnages très plaisants et même assez crédibles et convaincants. Un film qui ne sera pas vraiment à placer en tête de la filmographie des deux acteurs au point de vue qualité, mais très plaisant et passionnant quant même.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel