Harry Potter et l'ordre du Phénix

Titre original: Harry Potter and the Order of the Phoenix
Origines:
  • États-Unis
  • Royaume-Uni
Genres:
  • Aventure
  • Fantastique
Public: Tout public
Année de production: 2007
Date de sortie: 11/07/2007
Durée: 2h18
Synopsis : Harry, à peine revenu à Hogwarts pour entamer sa cinquième année d’étude, découvre qu’une grande partie de la communauté des sorciers met en doute son honnêteté. En effet, beaucoup ont été amenés à croire que la récente rencontre de l’adolescent avec le maléfique Lord Voldemort n’était qu’un mensonge. Pire encore, le ministre de la Magie, Cornelius Fudge, a nommé un nouveau professeur de Défense contre les Forces du Mal, la perfide Dolores Umbridge. Mais le cours de magie défensive du Professeur Umbridge, avalisé par le ministère, se révèle incapable de préparer les jeunes sorciers à affronter les menaces des Forces des Ténèbres. À la demande de ses amis Hermione et Ron, Harry décide donc de prendre les choses en main. Il réunit en secret un petit groupe d’étudiants, baptisé "l'Armée de Dumbledore", pour leur enseigner comment se défendre contre les Forces du Mal et préparer ces courageux collégiens à l’extraordinaire combat qui les attend...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    6.7/10 36 votes -  critiques
  • 7.5/10  Cote de DH.be du film Harry Potter et l'ordre du Phénix

  • 5.0/10  Cote de lalibre.be du film Harry Potter et l'ordre du Phénix

Avis des internautesdu film Harry Potter et l'ordre du Phénix

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 19 juillet 2007
Euh bon ... je n'avais pas vu les 4 premiers épisodes et je n'ai lu aucun livre de la série. Je n'ai jamais été tenté plus que ca par cette série que j'ai toujours considérée comme destinée à un public enfants-ados. Mais par curiosité, je me suis quand même décidé à aller voir le film, histoire de me rendre compte par moi-même si tout le foin qu'on fait autour de lui est justifié ou pas. Et, franchement, grosse déception ... je n'ai rien capté à l'histoire, j'ai trouvé la mise en scène scabreuse (visiblement on essayait de condenser un livre énorme en 2 heures) au point que j'ai senti le sommeil venir à plusieurs reprises faute d'intérêt auquel m'accrocher. Moi qui m'attendais à un univers décalé, empreint de magie et de rêve, je me suis retrouvé à assister à un truc hybride, mélange de plusieurs genres dont aucun ne s'impose vraiment, et dénué de grande ligne conductrice. J'imagine aisément que voir les précédents aide à la compréhension, mais quand même... celui qui prend la série en cours est un lost... . Enfin bref, ennui profond jusqu'au moment de la scène finale où ca se réveille enfin un peu... ca s'envoie des sortilèges avec des formules à la Goldorak dans tous les sens, ca explose et ca fait de beaux feux d'artifices. Bon ok, très joli, d'accord, mais bon à la base tout ca demeure un spectacle d'un niveau plutôt enfantin. J'ai aussi été frappé à quel point on sent l'influence du "seigneur des anneaux" dans les personnages, notamment celui du vieux sage qu'on prendrait pour le frère de Gandalf, ou le seigneur des ténèbres qui doit être le cousin éloigné de Sauron... please, qu'on ne vienne pas me dire que JK Rowling ne se soit pas un tantinet inspirée de Tolkien :-). Enfin, perso j'ai perdu 7,50 euros à voir ce truc et à devoir supporter de surcroît un ingurgiteur bruyant de pop-corns qui n'a jamais appris à fermer la bouche en mangeant (merci, les places fixes de Kinépolis). Si j'avais pu lui faire un "Stupéfix", à celui-là, j'aurais pas hésité, nom d'un petit sorcier.

Publié le 19 juillet 2007
Qu'ajouter d'autre? le commantaire de YIPIYAKE est le plus explicite. Les quelques légères retouches vis-à-vis du bouquin ont été nécessaires pour raccourcir des scènes qui auraient du être sujettes à explications. Donc, c'était très bien. Je crois que pour ceux qui ont lu le livre, ils doivent se rendre à la salle l'esprit léger et ouvert pour accepter les coupures et les modifications obligatoires qui peuvent permettre de faire un film d'une durée raisonnable. Tout le monde n'a pas envie de voir des films de 3 ou 4 heures. Pour les plus puristes, je leur dirais d'espérer qu'un un jour HP apparaisse en série télé. Yates s'est acquittée de la tâche la plus difficile qui est de contenter tout-le-monde ...ou presque

Publié le 17 juillet 2007
Pari réussi, et haut la main pour le petit nouveau, entendez par là David Yates, le réalisateur fraîchement débarqué du cinquième épisode du sorcier préféré d’un grand nombre de moldus. Car il fallait une sacrée dose de courage - voire d’insconscience - pour s’atteler à la réalisation du plus long des livres d’Harry Potter, sans se perdre dans les méandres d’une intrigue touffue à souhait. Evidemment, par rapport aux quelques 900 pages du livre, le film paraît… un peu court. Et pour les fans purs et durs, une demi-heure (que dis-je, une heure même) de plus aurait été la bienvenue. Cependant, le fil principal est bel et bien là et aucun élément primordial pour la suite du récit n’a été omis. Un conseil toutefois si vous voulez être à même de suivre : lisez le(s) livre(s)… car pas mal d’éléments (visuels) risquent d’échapper à votre attention si vous n’êtes pas familiers avec l’univers et les personnages. A part cela? Le casting est, comme à l’habitude impeccable. Outre les acteurs « habituels », on notera deux ajouts de poids et de talent: Imelda Staunton, plus vraie que nature dans le rôle de Dolores Ombrage, et qu’on adore - dès les premières secondes - détester et Helena Bonham-Carter, tout simplement géniale dans le rôle de Béatrice Lestrange. Ajoutez à cela d’excellents effets spéciaux, un Ministère de la Magie superbement restitué, quelques touches d’humour bienvenues dans un film certes beaucoup plus sombre que les précédents et vous obtenez, malgré quelques faiblesses (pas assez d’explications pour ceux qui n’ont pas lu les livres) et raccourcis (l’apprentissage pratique des sorts de protection sous la houlette d’Harry, le combat final au Ministère de la Magie), un très bon film de divertissement et un opus qui n’a pas à rougir face à ses prédécesseurs. Et l’on ne peut que se réjouir que David Yates ait accepté de réaliser le sixième épisode.

Publié le 17 juillet 2007
En sortant de la salle, je me suis vraiment demandé ce qu’il manquait à ce cinquième volet terriblement médiocre. Est-ce les acteurs qui incarnent la bande à Potter devenus trop vieux pour être crédibles ? Le Daniel Ratcliff a beau être attifé en ado sur le retour, sa prestation grimée est un mauvais effet spécial à elle seule ! Ou alors cela tient à un manque d’actions qui fait que le ton général sombre dans le bavard et la sirupe, trop moraliste de surcroît. Toujours est-il que l’ennui vous guette dès les premières minutes, et vient à peine vous délivrer sur un final qui revigore un peu, mais sans plus. Entre temps, l’accumulation de scènes inégales et s’enchevêtrant les unes aux autres sans réelle cohérence pèse lourdement. Il semble que David Yates n’est pas entièrement compris l’essence et l’intérêt profond de cet épisode qui se devait d’être plus noir encore que le précédent de bien meilleure tenue lui ! Ses personnages sont aussi vivants et consistants à l’écran que des planches, et l’espèce de fourre tout ésotérique qui jusque là existait, disparaît au profit d’un récit labyrinthique creux. Bien sur on peut s’extasier face à une profusion de décors dans un pur style « pompier », ou sur des effets spéciaux grandiloquents, mais c’est bien faible au regard de ce qui a été réalisé précédemment. Mais la franchise n’a rien à craindre, même avec un tâcheron comme réalisateur, elle peut tabler quand même sur des millions de dollars à engranger. Après tout n’est-ce pas là la finalité ?

Publié le 17 juillet 2007
Et bien je pense que la plupart des gens ressentent un peut la même chose en sortant de la salle de cinéma. C'est évidement un bon film, où il est impossible de s'ennuier quand on aime la série " Harry Potter " ... Mais il manque un peut ce quelque chose qu'il y avait dans les autres , il n'y a plus ces scènes où on voit notre trio préféré faire leurs devoirs , il n'y a plus de quiditch , .. Bref : contrairement aux précédents volets, on ne voit pas l'année s'écouler. Donc voilà je ne vois pas le but d'éssayer de faire le film le plus court possible tout en résumant au mieux le livres , j'aurais vraiment préféré un film de 3h30 avec plus de détails du livre.

Partager

Suivez Cinebel