Parle avec elle

Titre original: Hable con ella
Origine:
  • Espagne
Genres:
  • Drame
  • Comédie dramatique
Public: Tout public
Année de production: 2001
Date de sortie: 17/04/2002
Durée: 1h52
Synopsis : Au cours d'un spectacle de danse, deux hommes sont assis l'un à côté de l'autre. Ils ne savent pas encore que quelques mois plus tard ils deviendront amis et ce, par le hasard d'un point commun, à savoir: que l'un est infirmier dans une clinique où justement l'autre se trouvera au chevet de la femme qu'il aime, une torero professionnelle, tombée dans le coma suite à un accident. Alors que l'infirmier a lui aussi une passion, mais pour une jeune danseuse, également dans le coma... ! Cela va bouleverser le destin de chacun et aussi et surtout, leur révéler leur sensibilité, leurs affinités et leur amitié.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    9.2/10 38 votes - 39 critiques

Avis des internautesdu film Parle avec elle

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 24 juillet 2002
Un film rempli d'humanité,mettant admirablement en valeur les sentiments des personnages, filmé avec énormément de pudeur. Un film anti-matchisme à voir absolument

Publié le 23 juillet 2002
Sincèrement je n'ai pas trouvé ce dernier film d'Almodovar exceptionnel, ni même très intéressant, une jolie oeuvre cinématographique qui joue un peu trop à mon goût sur une sensiblerie que l'on commence à connaître dans toutes ses déclinaisons.

Publié le 11 juillet 2002
Belle mise en scène de la poésie des sentiments. Jolie bande son.

Publié le 30 juin 2002
Le scénario de ce Film est tellement riche qu'il égare le spectateur au début et risque même de l'ennuyer. Mais, plus le temps passe, plus vous comprenez que chaque scène, chaque réplique a un (tas de) sens. Les idées et les émotions s'emboîtent à un rythme toujours plus élevé et vous êtes emporté par ce flot bouillonnant. 'Hable con ella', un film sensible et intelligent, du grand (7ème) Art.

Publié le 24 juin 2002
j'ai savouré le dernier Almodovar. A son habitude, il nous amène un nouveau paradoxe, et à chaque fois, il arrive à nous faire passer ce paradoxe comme naturel, normal. Le paradoxe dans ce dernier film est l'amitié intense que peut avoir un homme envers un psychopathe pervers totalement cinglé, et on arrive à trouver celà normal !!! Un autre point, qui me questionne, est le film muet sur le type qui devient tout petit après avoir bu le brevage de sa maîtresse. (A mon avis, c'est point de départ de l'idée du viol de la résurrection) Que veut dire Almodovar quand le type pénètre dans le vagin de son amente? Que chaque homme veut retourner dans le ventre de sa mère? Que c'est un fantasme masculin? Que chaque homme veut découvrir sa compagne? Que c'est un fantasme de pervers? Que c'est une question de petit garçon qui se demande comment il fera avec sa petite taille et/ou son petit sexe plus tard pour coucher avec une femme? Enfin, j'avoue que j'étais content de voir le taureau renverser la femme : je n'ai jamais aimé les corridas, et la souffrance animale, qui est pour ma part inacceptable. Au sujet de cette femme, sa phobie m'a fait éclater de rire : une femme qui va devant un taureau et qui a peur d'un 'ver de terre' !!! Vincent.

Partager

Suivez Cinebel