ZEBUROUGE

ZEBUNOIRJAUNEROUGE
  • 0 ans
  • Ville : Bruxelles
  • Membre depuis le 05/07/2022
  • Nombre de critiques : 3
  • 1
Publié le 5 juillet 2022
UNE PERLE RARE Les salles de cinéma se vident et les films se succèdent dans des diffusions problématiques. Les films d’auteurs ; ces moments magiques où la vie réelle ou fantasmée s’inscrit sur la toile blanche deviennent une denrée rare. « Le chemin du bonheur » est un ovni qui donne en partage de l’amour, de l’amitié, de l’humour (juif et bruxellois). La Shoah, en toile de fond, est évoquée avec délicatesse et sensibilité. L’enfant traqué , réfugié chez une juste ; qui se sent abandonné par sa mère constitue l’un des fils du récit. D’autres fils parallèles s’entrecroisent au gré du développement de l’œuvre. Une vie de restaurateur showman , la recherche d’un amour véritable ; un film dans le film en cours de réalisation (« L’enfant caché) par un jeune cinéaste chilien, proche du restaurateur financier ; tous ces éléments donnent de la densité au scénario. La transposition du roman à Bruxelles (dans le roman il s’agit de New- York ) accentue le réalisme des séquences. Il faut souligner les clins d’yeux aux cinéphiles à la fois dans les dialogues mais aussi dans les images qui s’imposent à nous . Les références au cinéma américain sont lisibles et si certains critiquent les serveuses en patin à roulettes ou le décor de « Délicatessen » ils n’ont pas compris que dans un film tout est permis……..ou …presque. La photographie, les décors , vêtements et maquillages sont « vintage ». Les comédiennes et comédiens apportent leur personnalité , leur vécu . Un plaisir de revoir Malthida May et Brigitte Fossey toujours en phase avec leur rôle. Une joie de découvrir de jeunes futurs comédiens et d’autres plus entraînés. Le réalisateur nous transmet son amour pour le sujet, pour les acteurs et les époques évoquées ( 1942/1987 ). « Le Chemin du Bonheur » , perle rare, nous parle.
  • 1

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel