La Captive

Origines:
  • France
  • Belgique
Genre:
  • Drame
Public: À partir de 16 ans
Année de production: 2000
Date de sortie: 17/01/2001
Durée: 1h48
Synopsis : Ariane vit chez Simon, dans un grand appartement parisien. Sous surveillance. Il veut tout savoir d'elle, la fait accompagner dans ses sorties, cherche à la surprendre et la soumet rituellement à un questionnement incessant. Ariane arrive à préserver aux prix de mensonges incessants un espace de liberté tant mental que physique. Et Simon souffre et jouit et il est bien conscient, que même dans les moments de rapprochement des corps qui pourtant le calment provisoirement, même dans les moments où il croit enfin posséder Ariane, et peut-être surtout dans ceux-là, elle lui échappe encore et toujours et plus que jamais. Quand bien même, elle consent complètement à une sorte de rituel, rituel sexuel, où il peut absolument disposer d'elle, de son corps, de sa bouche, de son sommeil, elle lui échappe encore et plus que jamais. Bien sûr, le fait qu'il connaisse les goûts d'Ariane pour les femmes, qu'il imagine bien qu'elle a une double vie ne fait qu'exacerber sa douleur, son impuissance et son désir. Il ira jusqu'à tenter de pénétrer dans son monde par effraction, un monde de filles.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    6.6/10 3 votes - 4 critiques

Horaire du film La Captive

Régions
Versions audio
Formats vidéo
Jours
Heures


CINEMATEK

Bruxelles


Horaires du film La Captive dans le cinéma CINEMATEK
Dates Versions Formats Heures
vendredi 19/07 VO   S.t. ang Dig
21:00

Avis des internautesdu film La Captive

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 13 mai 2001
C'est le film qui aurait été vivement critiqué dans les années 90, le policier traitant des affaires de drogues, plein de violences gratuite. Mais aujourd'hui, c'est peut-être une riposte face à cette masse de drames et comédies romantiques dont on nous bourre les écrans. Bref ce film est plein de cascades, et Steven Seagal y joue merveilleusement bien. Un grand divertissement

Publié le 9 mars 2001
Main dans la main avec Noël Godin Entartons gaiement la -cinématographique- prétention (Et la médiatique collusion)

Publié le 1 mars 2001
Ayant vu le film récemment et étant tombé par hasard sur la critique (l’unique) peu flatteuse de ce film, je n’ai pu résister à émettre également quelques réflexions. Je trouverais regrettable que le public se base sur ce seul regard. En sachant qu’une critique est tout ce qu’il y a de plus subjectif. J’aime le cinéma. Mais particulièrement celui qui dérange, qui me botte les fesses, qui me secoue, qui m’émeut. Celui qui me fait découvrir des facettes de l’être humain que je n’imaginais pas ou qui sont peut-être en moi mais que je n’ose m’avouer. Celui qui me fait réfléchir, me remettre en question et finalement m’aide à grandir à évoluer, à devenir un meilleur être. Le film de Chantal Akerman est de cette trempe. Elle met magistralement en scène et de façon intemporelle, tout en intériorité, le 'mal aimer' d’un couple. Quand il perd pied en se laissant envahir par les idées sombres ou noires du doute, de la méfiance, de la suspicion, du manque de confiance en soi, de l’angoisse d’abandon. Quand elle perd ses repères, qu’elle se leurre, vogue entre la diva et la courtisane. Quand irrémédiablement elle sombre dans la lassitude, le désenchantement et quelle met sa vie entièrement – à nue – dans les mains de l’autre. Mais l’autre aura-t-il la force ou le courage d’ôter ses oripeaux , saura-t-il se mettre nu à son tour pour l’empêcher de toucher le fond ?

Publié le 9 février 2001
On ne croit par un quart de seconde ni aux personnages, ni à leurs relations, ni à l''histoire'. Résultat: on s'ennuie profondément devant tant de vacuité et on est énervé devant tant de gaspillage de talents (Dans 'Carnaval', Sylvie Testud a prouvé qu'elle pouvait incarner un personnage extrêmement crédible et émouvant, pourvu qu'on lui donne un scénario et un texte qui tiennent la route). Ici, apparemment, le parti pris de la réalisatrice est que tout sonne faux. Et c'est très réussi ! Et puis, mêler le génial Proust à tout ça... Enfin, faites plutôt confiance aux spécialistes: quatre étoiles dans le journal Le Soir. Mmmwouais... Quelqu'un a une explication?
  • 1

Partager

Suivez Cinebel