eXistenZ

Origines:
  • Canada
  • France
  • Royaume-Uni
Genre:
  • Science-fiction
Public: À partir de 16 ans
Année de production: 1999
Date de sortie: 19/05/1999
Durée: 1h30
Synopsis : Plongez-vous dans un futur proche. eXistenZ est un jeu vidéo qui n'a pas seulement rendu sa conceptrice, Allegra Geller (Jennifer Jason Leigh), célèbre, mais l'a également mise en danger. En effet, un groupe de fanatiques AntieXistenZialistes ont mis sa tête à prix pour 5 millions de dollars. Lorsque cette conceptrice est sur le point d'être attaquée par cette bande, Ted Pikul (Jude Law), un jeune agent de sécurité intervient et la sauve. Afin d'en savoir plus sur ses poursuivants, Allegra procure à Ted un Bioport, un appareil qui permettra à celui-ci d'entrer en communi-cation avec eXistenZ. Un premier essai manque de tourner à la catastrophe par l'intervention de Gas, un pompiste cupide qui veut empocher les 5 millions de dollars. Avec l'aide de l'expert en jeux Kiri Vinokur, Pikul réussit enfin à pénétrer dans l'univers d'eXistenZ, où rien n'est comme il semblait être...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    4.6/10 6 votes - 6 critiques

Avis des internautesdu film eXistenZ

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 22 mars 2015
Existenz souffre par moment d'une mauvaise mise en scène et comporte de gros problèmes d'écritures.

Publié le 16 avril 2006
Trop tiré par les cheveux, dommage!

Publié le 28 août 2003
Si l'on considère eXistenZ comme une réflexion plus ou moins philosophique sur les nouvelles cultures de l'image et les implications fictionnelles de l'interactivité et des techniques multimédia, comme une expérimentation sur les frontières de plus en plus perméables entre la réalité et les univers virtuels, le film de Cronenberg ne vaut pas tripette : c'est convenu, prévisible (la double mise en abyme, pfff), voire un peu concon. Par contre, si on vit eXistenZ comme un pur divertissement, il se révèle un excellent film d'aventures vaguement futuristes qui a le mérite de substituer aux codes narratifs hollywoodiens une logique onirique qui est aussi celle de certains jeux vidéo. Conséquence : le spectateur est pris dans un flot de péripéties qu'il a bien du mal à anticiper (ce qui est devenu rarissime) pour une bonne et simple raison : elles sont pour la plupart parfaitement absurdes.

Publié le 30 juin 1999
je ne dis pas que ce film est genial,mais bon,de là a critiquer et a cataloger les autres personnes que toi qui l'ont vus,c'est un fort,surtout de les traiter,je cite:'PIPs (traduisez Pseudo Intellectuels Pédants)' tu fais preuve alors d'aussi peu d'imagination que le film lui-même....apprends peut etre a etre constructif et non a abattre les personnes qui vont voir les films que toi tu n'aimes pas.....je crois que tous les PIPS te saluent et espere ne jamais te relire...

Publié le 29 juin 1999
Un film qui ne plaira qu'aux PIPs (traduisez Pseudo Intellectuels Pédants). Un film prétentieux à l'intrigue bien mince, aux acteurs proches du zéro absolu. Par contre, la bande annonce de ce navet est à primer: elle transforme un navet asthmatique et palot en une intrigue haletante et glauque. Preuve, à mes yeux, que pas même l'auteur ne croit en son produit.

Partager

Suivez Cinebel