Komma

Origines:
  • Belgique
  • France
Genres:
  • Drame
  • Thriller
Public: Tout public
Année de production: 2005
Date de sortie: 30/08/2006
Durée: 1h34
Synopsis : Peter de Wit, la cinquantaine, se réveille au beau milieu de la nuit dans la chambre froide d'une morgue. Comment en est-il arrivé là ? Sous l'identité d'un cadavre dont il a dérobé le portefeuille, il décide de prendre un nouveau départ, de s'inventer une nouvelle vie. Il est désormais Lars Erickson, un homme d'affaires suédois de passage à Bruxelles, et se prépare à une vie de luxe. Un soir, il rencontre Lucie, une jeune artiste amnésique. Presque sans y penser, par un effet de vases communicants, la mythomanie de l'un comble l'amnésie de l'autre, et Peter s'offre une place de choix dans la vie de la jeune femme. Entre ces deux excentriques s'installe une étrange relation où la distinction entre réalité et fiction s'estompe.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    8.3/10 3 votes - 3 critiques
  • 2.5/10  Cote de lalibre.be du film Komma

  • 5.0/10  Cote de DH.be du film Komma

Avis des internautesdu film Komma

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 3 octobre 2006
J'ai adoré l'ambiance du film assez noire, glauk, triste...qui s'entremêle qqfois avec des moments plus comiques (cfr dans le resto japonais ^^) Je trouve l'acteur principal parfait dans son rôle ! Le seul bémol est le scénario : on se demande où celui-ci va nous emmener et la fin est trop rapide ! On ne comprend pas très bien, non plus, la relation entre les deux personnages principaux : il n'y a d'ailleurs pas de véritable relation d'amitiés qui se construise entre eux (dommage!) En tout cas, j'ai passé un très très agréable moment au cinéma (et ça faisait lgtps :/) -> 8/10

Publié le 19 septembre 2006
TRES Calme, plutôt noir, mais les pesonnages arrivent à se faire aimer, à se faire "comprendre". Un peu perdu dans ce monde hardu, il tente de s'en sortir, de se sortir de la réalité pour un moment. Peu de dialogues, plutôt une atmosphère.

Publié le 3 septembre 2006
Si Komma est un premier film, il n'est pas non plus l'œuvre d'une débutante, car Martine Doyen a déjà réalisé 4 courts métrages d'une grande maîtrise formelle. Qui plus est, loin d'être un court « rallongé » (erreur ô combien fatale à de nombreux premiers longs métrages), Komma tranche avec l'univers précédent de la réalisatrice, caractérisé, pour ses deux derniers opus, par un certain foisonnement de personnages et construit sur un terreau autobiographique. Ici l'argument tient exactement en une vingtaine de mots : « Un mythomane sur le retour rencontre une femme amnésique et l'emmène en Bavière en se faisant passer pour son ancien amant ». Tout le film puise sa force dans cette simplicité apparente qui cache une immense tendresse envers ses personnages. Rarement une caméra aura été plus sensuelle et plus douce, s'approchant au plus près des visages, prenant le temps de rester, d'épier, voire de scruter. Car ils en ont des choses enfouies en eux ces deux-là. Peter qui émerge d'un linceul pour s'inventer une nouvelle vie plus conforme à ses désirs, Lucie qui se perd (ou qui renaît) du choc entre feu et eau. Deux personnages complexes incarnés par un chanteur et une comédienne-scénariste. Mon premier, Arno, belge d'Ostende, longtemps considéré comme le fruit d'un croisement entre Jacques Brel et Tom Waits, qui dit de lui-même «Je suis le plus mauvais musicien du monde, juré sur mes deux bonbons», campe un affabulateur mémorable. Un personnage qui traverse le film et l'habite par une présence rauque et tendre. Face à lui Valérie Le Maitre, co-scénariste de Martine Doyen, interprète une jeune artiste vulnérable et un brin perdue. Une femme qui a toujours cherché sa place, coïncée entre un amant violent et un brin décadent (François Negret, le retour) et une mère hystérique (Edith Scob en roue libre). Une femme qui n'aime pas parler de son art, pour qui les mots sont bien peu de choses. Une femme qui nous charme tout simplement parce qu'on l'a croisée là, un soir, blottie au coin d'un escalier, contre toute vraisemblance apparente... Mais qui s'en soucie ? Une femme comme Lucie, on l'aime au premier regard et on l'emmène en Bavière sur un coup de tête, simplement parce qu'elle évoqué le berceau du romantisme allemand au détour d'une conversation. Et c'est avec ce voyage que le film bascule définitivement dans sa vraie dimension. Témoin cette séquence inoubliable du réveil de la belle qui découvre qu'elle a été transportée en une nuit dans un pays enchanté. Une Bavière symbolisée par le château de Neuschwanstein, dont les tours apparaissent au travers d'un rideau de neige, et qui n'est autre que le royaume de la Belle au Bois Dormant. Mais quand on revient au pays de son enfance, on prend le risque de voir des fantômes venir à sa rencontre. Et de fait, en dépit de son titre, Komma nous raconte tout simplement l'éveil d'une femme.
  • 1

Partager

Suivez Cinebel