Akoibon

Origine:
  • France
Genre:
  • Comédie
Public: Tout public
Année de production: 2005
Date de sortie: 27/07/2005
Durée: 1h38
Synopsis : Nader, un petit escroc, est obligé de se rendre sur une minuscule île du Sud pour tenter de débusquer Chris Barnes, ex-roi de la jet-set et ami des stars, qu'une mystérieuse commanditaire veut coincer. Daniel, lui, a soudain planté femme et nombreux enfants pour venir y rencontrer l'énigmatique jeune femme à qui il a tant écrit par Internet. En chemin, convaincus que cela facilitera leur approche, Daniel et Nader décident d'échanger leurs identités...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    5.0/10 18 votes - 18 critiques

Vidéodu film Akoibon

Avis des internautesdu film Akoibon

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 12 juin 2005
Akoibon ,le titre de cette petite merveille d'originalité, résume parfaitement son contenu : délires absurdes, plans d'un esthétisme rare, et surtout une histoire à la douce poésie composent ce travail d'orfèvre. Cette fantaisie d'Edouard Baer déplaira à beaucoup, qu'importe, loin de répondre aux stéréotypes éculés du marché du film, Akoibon redéfinit le style cinématographique, manifestant par là une audace insolente. Le coup de théâtre final parachève le spectacle, nous livrant à la clé un Georges Moustaki au sommet de sa forme qui parvient à réunir tous ses personnages en quête de sens.... Bref, Edouard Baer signe là sa plus belle oeuvre en tant que réalisateur : l'exercice de la mise en abyme , d'ordinaire si galvaudé, trouve ici une magnifique illustration.

Publié le 17 mai 2005
Akoibon de Baer avec Rochefort, Poelvoorde et Moreau Faible. Faible sur toute la ligne. Bon on peut supporter de rester assis jusqu'au bout de film, mais par moment il faut se forcer. Comme par exemple quand en plein milieu du film, le réalisateur a l'idée qu'il croit être l'idée du siècle en faisant un film sur le film. Il y a 32 ans, mon professeur de français, m'avait déjà ouvert les yeux sur le fait que depuis 300 ans les mauvais auteurs, ne connaissant rien de la vie que la leur, à savoir une vie d'écriture ou de réalisation théâtrale ou de cinéma, croient géniale et originale l'idée d'écrire un livre sur le livre ou un film sur le film. Depuis j'en ai débusqué des centaines. Pitoyable. Et cela continue. Et dans cent ans ce sera encore pareil. Pour le reste, les idées sont faibles. On filme le médiocre. L'échec minable d'imitations de vieilles gloires. La bande son est mauvaise. Il y a du trash: le chantage aux doigts que l'on coupe. Rochefort et Moreau n'attirent plus, Poelvoorde ne renouvelle pas son genre des colères qui commencent à sonner faux, ou du gentil organisateur consultant en communication commerciale. Il était un peu meilleur en imitateur de Gainsbourg. Le défilé en bikini, pour être la partie la plus érotique du film, n'avait aucun génie scénographique. J'aimais encore mieux les répliques de la fille à la moue boudeuse, s'interrogeant si tout dans la relation humaine n'étant que "trucs", elle passera une bonne nuit. Ou alors la scène où une gars et ne fille habitués à ne rien dire pour n'avoir jamais communiqué que via le net, se rencontrant en "life", tiennent un discours d'un creux phénoménal sur Moustaki. "… ses musiques, ses paroles, ses chansons quoi!…". Le court passage tout à la fin du film de Moustaki chantant assis en blanc dans un décor méditerranéen est d'ailleurs une des meilleures images, même si la chanson interprétée n'a rien de génial. Tout dans ce film est au second degré, dans le non-sens. En ce sens, l'image théâtrale du danseur-chien m'a un peu amusé au début du film. Mais tout cela est fort peu pour un film. Un film pour une soirée d'hivers en TV si vous n'avez vraiment rien à faire de mieux. Peu importe. 1,5/10. 17 mai 2005.

Publié le 1 avril 2005
Pour avoir vu ce film en avant première, je peux témoigner: c'est un petit bijou de liberté cinématographique, de l'inédit, du surprenant et...rien de racolleur dans ce film! Car attention ce film n'est pas formaté, d'où son intéret...pour l'apprécier il va falloir faire appel à votre ouverture d'esprit, à votre intelligence (vous savez...ce truc que la télé cherche à faire disparaitre). Laissez vous guider, ne posez pas de questions, faîtes confiance au réalisateur, ne vous demandez pas où vous allez, tout cela n'a aucune importance. Echappez à la banalité pendant 90 minutes, courez voir ce film...vous en sortirez fiers et heureux de l'avoir apprécié à sa juste valeur! Au diable le conformisme et vive Edouard Baer!

Partager

Suivez Cinebel