5x2

Origine:
  • France
Genre:
  • Comédie dramatique
Public: Tout public
Année de production: 2004
Date de sortie: 01/09/2004
Durée: 1h30
Synopsis : Cinq moments capitaux dans la vie de Marion et Gilles, un couple marié, racontés de la fin au début... Un. Marion et Gilles écoutent le notaire qui leur lit l'acte de divorce. Les deux signent, puis font l'amour pour la dernière fois dans une chambre d'hôtel. S'il ya a encore de l'amour... Deux. Un dîner avec des amis, ou un couple homosexuel parle ouvertement de sa relation ouverte... Trois. Alors que Marion est sur le point d'accoucher, Gilles donne l'ordre à sa secrétaire de ne plus transmettre d'appels. Pendant la naissance de l'enfant, Gilles déjeune en solitaire, ignorant son GSM. Quatre. Marion et Gilles sont au centre de l'attention lors de leur mariage. Quand ils arrivent épuisés mais satisfaits dans leur chambre d'hôtel, Gilles s'endort immédiatement. Marion va se promener le long d'une petite rivière où elle rencontre un jeune américain. Après quelques hésitations, elle donne suite à ses avances. Cinq. Marion arrive en vacances où son collège Gilles semble aussi résider. Gilles et Marion ne se connaissent pas si bien, mais l'amie de Gilles se rend compte rapidement que ça colle entre eux.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    7.3/10 29 votes - 30 critiques

Avis des internautesdu film 5x2

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 15 février 2005
Première séquence: Marion innocente, Gilles bourreau (Gilles viole son ex-femme juste aprés leur divorce) Deuxième séquence: Marion innocente, Gilles bourreau( Gilles raconte lors d'un repas avec son frère qu'il a trompé Marion sous ses yeux et avec son conssentement lors d'une partouze) Troisième séquence: Marion innocente, Gilles bourreau(Marion accouche mais Gilles, prévenu immédiatement, n'arrive que bien aprés la naissance de "son" enfant) Quatrième séquence: Gilles innocent, Marion bourreau (Et si finalement Le comportement de Gilles n'était que l'expression d'une haine dont on ne comprend le sens qu'après avoir vu Marion tromper son mari le soir-même de leur mariage) Cinquième séquence: Gilles coupable, Marion coupable (rencontre entre Gilles et Marion, alors que lui est en vacances en amoureux avec sa compagne, Marion vient s'engouffrer dans la brêche et "piquer" Gilles...) Ce film est un de ceux qui m'ont fait le plus réfléchir car il pose de nombreux problèmes qui ne sont liés qu'à notre interprétation et à notre façon de concevoir le couple. Une relation née de la dissolution d'une autre peut-elle être une relation saine? Les erreurs des uns ne sont-elles pas la conséquence des erreurs des autres? Une hisotoire qui se termine mal, est-ce en fait évitable? Doit-on avouer un adultère que l'on a commis? Le sexe est-il le ciment du couple ou peut-il être la pire des choses? Doit-on juger une personne de ce qu'on sait d'elle ou est-il préférable d'en savoir plus pour porter un jugement? Ce qui paraissent victimes peuvent-ils être en fait des coupables? ... Il s'agit d'un film bouleversant car il touche ce qui nous concerne tous un jour où l'autre. La première séquence peut paraitre monstrueuse mais il ne faut pas s'arrêter là, il faut essayer de comprendre ce qui peut amener un père de famille à réaliser une telle horreur.

Publié le 9 décembre 2004
Film irréaliste qui se veut soi disant réaliste. Pas nécessaire à voir. Seul point positif: le scénario à reculons.

Publié le 19 octobre 2004
François Ozon est-il devenu un grand cinéaste ou quelqu'un de trop prétentieux ? 5x2 ne répond pas à la question et divise encore plus les opinions. Après des petits chefs-d'oeuvre qu'étaient Sitcom, 8 Femmes et Sous le Sable, François Ozon avait déjà déçu pas mal de ses admirateurs avec un trop léché et intello Swimming Pool. 5x2 sent la préparation minutieuse à plein nez. Rien n'est laissé au hasard, du scénario à la mise en scène en passant par une structure narrative à reculons. Ce dernier point est le véritable fil conducteur de son sujet prenant au passage son public au piège. François Ozon décortique les aléas d'un couple et les tentations de ses deux personnages. Il s'en prend à l'être humain dans sa vie de couple, que ce soit au travers de Marion et Gilles où des parents de ceux-ci, dont l'absence perpétuelle des parents de Gilles. En inversant l'ordre chronologique de la vie de ce couple, il nous impose les effets sans les causes, les conséquences d'acte que nous ne connaissons pas. Il va au bout de ses idées concernant l'être humain et sa façon d'appréhender les choses en nous poussant à juger des actes immmoraux ou presque (adultère, partouze consentante, acte sexuel à la limite du viol) sans en connaître les raisons. Tout cela tient du grand cinéma d'auteur. Tout serait parfait si 5x2 n'était pas aussi carré et préparé. les 5 moments de la vie de ce couple sont toujours amené et terminé de la même façon et il n'y aucune maladresse touchante et humaine tout au long de ce récit. Et à son tour, François Ozon est pris à son propre piège. A nous imposer son sens narratif, il nous coupe de ses personnages dont on ne connait que l'évènement montré à l'écran. Nous faisons face à des personnages dont nous ne connaissons rien et nous nous sentons obligés de prendre nos distances par rapport à cette relation intime entre Ozon et ses personnages. Cette distance entre les personnages et le public rend le film froid et impersonnel. Il suffit de lire les différents commentaires dans ce forum pour se rendre compte que le public perd ses repères dès le début du film avec la scène du viol, qui rend le personnage de Gilles imbuvable et Marion en parfaite victime auprès du public. Pourtant, dès l'apparation du générique de fin, tout ne devient que questionnement. Là où tout était certitude devient doute. Et si Gilles n'avait qu'une victime depuis le début à cause d'une tromperie lors de leur mariage ? Ont-ils eu des rapports sexuels pendant leur vie de mariés ? Toutes ces interrogations sont alimentées par le peu d'informations sur l'espace temps (seule information concrète, leur fils commence à parler convenablement lors de la soirée avec le fère de Gilles). Après 5x2, je regrette encore plus le temps de François Ozon et son Sous le Sable qui reste pour moi, son meilleur film à ce jour : simple et touchant.

Publié le 12 octobre 2004
Un a priori,Ozon n'est pas un fumiste. Que veut François Ozon ? Que cherche-t-il lorsqu'il nous montre sa "vision" des choses et des gens ? Veut-il vraiment nous la faire partager ? Nous en donne-t-il vraiment les clés d'accès ? Ce qui est certain c'est qu'il a un "style" et ne peut cacher certaines obsessions. Il est aussi difficile de définir et de cerner ce cinéaste que de décrire avec des mots précis ce qu'il nous montre à l'écran.Rien de ce qui est montré (le moindre regard,le moindre silence,la moindre attitude,la moindre parole, le moindre plan) ne me paraît innocent. Il n'a pas une vision très encourageante de l'être humain : tout le monde ment, tout le monde triche (mais est-ce grave?).Il n'aime pas trop la famille en général mais ses membres en particulier ne semblent pas trop le "déranger" . Il a une "conception" bizarre de l'amour sous toutes ses formes (couple, père-fils, mère-fille, amour physique...) mais est-il misanthrope pour autant ? Ozon aime bien nous montrer, à sa façon les " démissions" de l'être humain . Comment se fait-il que l'on "comprenne" si bien ses personnages ? Le cinéma lui permet-il de nous faire percevoir notre "côté caché" ? Oui, que cherche Ozon "au-delà des images" ? Bref, j'apprécie beaucoup les films d'Ozon.Il y a quelque chose de fascinant comme un charme odieux. Je dois avouer que je rentre dans ses films avec délectation. Je me demande si pour l'apprécier à sa juste valeur, il ne faut pas avoir suivi son parcours depuis le début. Le coter n'est pas simple mais même s'il me bluffe,il vaut au moins 9/10.PS:pour la paternité de Nicolas, c'est justement le doute qui est insidieusement merveilleux.

Publié le 12 octobre 2004
Ceux choqués par la scène crue du début n'ont visiblement pas vu 'irréversible'. Cela dit, ce film fait pâle figure face au film d'Yvan Attal sorti quasi en même temps ('ils se marièrent...'). Même vision imparfaite du couple, même approche urbaine et pessimiste, mais là où Attal injecte la comédie pour égayer son exposé, Ozon use du rebours: choix maladroit car ce procédé est surexploité (depuis memento) et perd donc en impact, surtout quand le scénario n'est pas très touffu. Un film qui s'oublie, malgré les prestations des deux acteurs. Mention spéciale à Stéphane Freiss pour qui on se demande bien ce qu'il a fait pendant ces dix dernières années.

Partager

Suivez Cinebel