Valse avec Bachir

Titre original: Waltz With Bashir
Réalisateur:
Origines:
  • Israël
  • Allemagne
Genres:
  • Film d'animation
  • Drame
  • Documentaire
Public: Tout public
Année de production: 2008
Date de sortie: 10/09/2008
Durée: 1h27
Synopsis : Ari, metteur en scène israélien, a rendez-vous en pleine nuit dans un bar avec un ami en proie à des cauchemars récurrents, au cours desquels il se retrouve systématiquement pourchassé par une meute de 26 chiens. 26, exactement le nombre de chiens qu’il a dû tuer au cours de la guerre du Liban, au début des années 80! Le lendemain, Ari, pour la première fois, retrouve un souvenir de cette période de sa vie. Une image muette, lancinante : lui-même, jeune soldat, se baigne devant Beyrouth avec deux camarades. Il éprouve alors un besoin vital de découvrir la vérité à propos de cette fraction d’Histoire et de lui-même et décide, pour y parvenir, d’aller interviewer à travers le monde quelques-uns de ses anciens compagnons d’armes. Plus Ari s’enfoncera à l’intérieur de sa mémoire, plus les images oubliées referont surface.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    9.0/10 7 votes - 9 critiques
  • 10.0/10  Cote de lalibre.be du film Valse avec Bachir

  • 10.0/10  Cote de DH.be du film Valse avec Bachir

Actualités du film Valse avec Bachir

Vu à Cannes : "Le Congrès" d'Ari Folman

On attendait beaucoup du retour d’Ari Folman à Cannes, après son remarqué Valse avec Bachir (2008), surprenant documentaire animé sur les massacres de Sabra et Chatila.

Avis des internautesdu film Valse avec Bachir

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 29 septembre 2008
Inoubliable expérience que ce film! Le premier documentaire autobiographique en dessin animé de l'Histoire du cinéma! "Waltz with Bashir" est un voyage psychanalytique au coeur d'un choc post traumatique. Le rythme est lent, les rêves et hallucinations envoûtantes quasi hypnotiques. Le spectateur cherche avec le "personnage principal" et vit avec lui ses bribes de souvenirs qui devienent de plus en plus clairs. La fin est brutale, sans concession. C'est un brusque retour à la réalité. Comme si l'image que nous recherchions au fond de notre inconscient nous sautait soudain au visage! Ce final justifie à lui seul la forme "dessin animé" de cette oeuvre. Ce n'est pas un film ni un docu, pas une fiction ni un reportage, c'est une expérience unique au coeur de l'inconscient d'un homme traumatisé et de l'horreur de l'histoire humaine. A VOIR ET A VIVRE ABSOLUMENT!

Publié le 22 septembre 2008
Las! 'Waltz with Bashir' est le type même du film qui génère un profond malentendu! On annonce en effet un film d'animation, ce qui le place par le fait même dans une catégorie où figurent aujourd'hui pour la plupart des films de divertissement techniquement extrêmement peaufinés, alors qu'il s'agit en réalité d'une oeuvre artistique très personnelle, volontairement imparfaite, ou en tout cas qui tire parti de ses limites sur un plan technique pour évoquer le trouble onirique, l'oubli et l'hallucination, un malaise indéfini. Les premiers 3/4 du film - réellement excellents! - sont à cet égard à la limite de l'art contemporain. On évoque un sujet complexe, quasi psychanalytique, de refoulement dans l'inconscient, d'amnésie traumatique, de travail de dévoilement progressif, alors que la fin du film retombe dans la seule catégorie du film documentaire, ce qui est donc une présentation partiellement erronée. Or, s'il s'agit dès lors d'un travail documentaire et de mémoire du massacre de Sabra et Chatila, les prémices ne sont pas explicitées ni historiquement argumentées, tandis que le rôle de Tsahal (ou plutôt de Sharon) dans ce massacre reste, je crois, assez polémique. Finalement, je pense que ce film doit être vu comme le témoignage personnel, restitué sous une forme réellement artistique et non historique, d'un soldat confronté à l'absurdité, l'horreur et le sentiment de culpabilité que génèrent la guerre et ses crimes. Mais alors, il faut bien dire que la fin est partiellement ratée, parce que, si l'idée de restituer l'horreur du massacre et la cause de l'amnésie traumatique par l'irruption des images réelles peut paraître pertinente, elle n'est pas artistiquement bien intégrée au reste du film, et paraît plate dans sa crudité, insuffisamment travaillée et amenée, ce qui rend la force de ces images terribles incongrue. A voir, bien sûr! Mais sans se tromper d'objet...

Publié le 21 septembre 2008
Pourquoi pas tout simplement "Valse avec Bachir", le titre français ? Film nouveau par son originalité de l'animation. Las, l'animation est raide et maladroite et l'histoire très passe-partout. C'est en réalité un simple documentaire en animation, d'où un intérêt limité.

Publié le 6 septembre 2008
Un film définitivement à voir! Étonnant de par son originalité cinématographique, il raconte comment des ex-soldats (en l'occurrence d'Israël) font le blanc sur leurs souvenirs, dans le but de pouvoir poursuivre leur vie de tous les jours. Un seul tout petit bémol: il est un peu trop didactique.

Partager

Suivez Cinebel