Smokin' Aces

Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Comédie
  • Action
Public: Tout public
Année de production: 2007
Date de sortie: 07/03/2007
Durée: 1h49
Synopsis : Mob boss Primo Sparazza a lancé un contrat juteux sur la tête de Buddy "Aces" Israel , un magicien louche qui a décidé de dévoiler au grand jour ce qui se passe dans le milieu de la pègre de Las Vegas. Le FBI, pressentant sa chance d'utiliser cet escroc à la petite semaine pour faire tomber le gros morceau que représente Sparazza, place Aces en détention provisoire, sous le contrôle de deux agents envoyés à la planque de Aces au Lac Tahoe. Lorsque le montant de la rançon pour la tête de Aces se diffuse dans la communauté des escrocs et escrocs en devenir, chasseurs de prime, gangsters, vieilles camées et traîtres du milieu se lancent également à sa poursuite. Les yeux rivés sur Tahoe, cette galerie de voyous tourne en course-poursuite hilarante afin de toucher le jackpot et liquider Aces.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    4.7/10 4 votes -  critiques
  • 0.0/10  Cote de lalibre.be du film Smokin' Aces

  • 2.5/10  Cote de DH.be du film Smokin' Aces

Avis des internautesdu film Smokin' Aces

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 9 août 2007
Ayant été complètement retourné par Narc, chef-d'oeuvre absolu du polar urbain d'une noirceur et d'une humanité abyssales, la bande-annonce de Smokin' Aces m'avait laissé pour le moins perplexe : des fusillades dans tous les sens saupoudrées d'une bonne dose d'humour loufoque, des personnage caricaturaux, une violence outrancière et bon enfant, aïe aïe, Joe Carnahan était-il passé à la grosse farce potache boursouflée bête et méchante? Eh bien non, non et encore mille fois non! Ce qui m'a frappé en premier lieu dans Smokin' Aces est une nouvelle fois l'humanité profonde de tous les personnages dont strictement aucun n'est une caricature, alors même que le scénario (une cible, des tueurs, des policiers à la rescousse) ne demande à priori que des personnages dessinés à la grosse louche (les policiers vertueux, les tueurs méchants, la "victime" cocaïnée point barre, ses hommes de main juste abrutis, les tueuses juste vulgaires et sa**pes). Tous ces personnages existent réellement, ont des sentiments, des failles, bref sont humains (voir le monologue du personnage joué par Nestor Carbonnel face à sa vicitme agonisante). La mise en scène est effectivement parfois clippée mais tout-à-fait à propos et la musique de Clint Mansell magnifie les scènes les plus posées. Malgré quelques imperfections (quelques déséquilibres entre scènes chargées d'émotion et scènes outrageusement cartoon, notamment dans l'assaut de l'hotel), ce film est une perle!

Publié le 24 juin 2007
presque aucune action, alors que c'etait ca qui attirait dans la bande annonce: tout au plus quelques petites fusillades (en plus, très mal faites!!) de temps en temps, mais sinon ce n'est que de la parlotte... mauvais

Publié le 8 mars 2007
C'est la première fois que je vois un film de Joe Carnahan et le bougre a beaucoup de talent ! Mise en scène speedée, montage survitaminé, photographie lumineuse font partie de ce qu'on retiendra le plus du point de vue technique. Artistiquement, Smokin' Aces est un film policier réussi, très fun, parfois décalé avec des personnages hauts en couleurs, complètement cinglés et leur folie est admirablement retranscrite en images : ça flingue, ça tronçonne et ça fait gicler le sang à tout va lors d'incroyables scènes d'action pétaradantes et explosives. Malgré une fin qui traîne un peu en longueur (le twist final est bien amené), Carnahan signe un polar jouissif et sans concessions. Un film très fun !

Publié le 7 mars 2007
Nullissime. Des thèmes pillés un peu partout. Une intrigue sans cohérence. Des personnages sans aucune substance. Mal filmé. Tout lemonde converge vers un hôtel pour mettre la main sur un informateur. A un moment, cela tire dans tous les sens. Violence gratuite. Le film ne sait même s'il aborde les choses au premier ou au second degré. Et aboutit finalement au degré 0 (cote hélas non attribuable ici).
  • 1

Partager

Suivez Cinebel