Actualités

L'Heure d'Eté: Séoul investit la capitale du 10 juillet au 11 août !

Publié le 1 juillet 2019 dans Concours

Porté par le désir de décloisonner les genres et d’offrir une sélection de qualité dans des cadres exceptionnels, le Cinéma Galeries propose avec L’Heure d'Eté : Séoul la huitième édition de son festival annuel indoor et outdoor.
La Corée du Sud, des quartiers traditionnels de Bukchon, à Séoul, aux buildings qui surplombent le fleuve Han, en passant par les sièges du KTX, le train à grande vitesse qui traverse le pays, est aujourd’hui un décor familier des cinéphiles. Tout comme ses thématiques, les conséquences du développement économique accéléré de l’après-guerre de Corée ou la relation névrotique au cousin communiste au nord du 38e parallèle. Le cinéma sud-coréen figure aujourd’hui parmi les plus productifs, créatifs, divers et talentueux du monde. Une industrie qui s’appuie sur un vaste réseau de salles, particulièrement à Séoul, la tentaculaire capitale, véritable cœur du cinquième marché cinématographique mondial.

Entre hier et aujourd’hui, entre la ville vue par Hong Sang-soo (The Day A Pig Fell Into The Well,The day he arrives) ou par Jeon Go-woon (Microhabitat), Séoul s’est non seulement transformée, mais le cinéma s’est plu à lui faire jouer différents rôles, révélateurs de ses mutations au fil de l’Histoire. La programmation du Festival explorera la manière dont le cinéma coréen a fait de cette ville à l’atmosphère unique un acteur aux multiples visages…

Le Festival aura l’honneur d’accueillir le réalisateur Kim Jee-woon (The Good, the Bad, the Weird, A Tale of Two Sisters, I Saw the Devil) à l’occasion de la soirée d’ouverture le 09 juillet à l'UGC De Brouckère ainsi que d’une Masterclass le 10 juillet au Cinéma Galeries ; une rétrospective sur Bong Joon-ho (The Host, Mother, Snowpiercer), représentant de la nouvelle vague de Corée du Sud et premier cinéaste de son pays à décrocher la Palme d’or à Cannes en mai dernier.

L'heure d'Eté  vous propose aussi une programmation de thriller, la capitale sud-coréenne servant souvent de toile de fond à ce genre ; un choix de documentaires engagés réalisés par des femmes ; des rencontres avec les réalisateur.trice.s ; le diptyque White Night et Night flight de Lee-song Hee-il, deux mélodrames queer dans lesquels la ville de Séoul, magnifiquement filmée la nuit, apparaît comme un personnage à part entière.

Le Festival se compose d’une programmation de 31 films, dont 9 séances exceptionnelles auront lieu en plein air ; mais également d’une exposition des artistes sud-coréens Steak Films, et d’un ciné-concert d’Ensemble 0.

► Le programme complet ainsi que toutes les infos pratiques sont disponibles sur le site du Festival.

Avis des internautesdu film

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Soyez le premier à publier une critique

Newsletter Cinebel

Partager

Suivez Cinebel