cdc

cdc
  • Membre depuis le 21/05/2015
  • Nombre de critiques : 23
Publié le 15 avril 2017
"Brûlant comme la glace"... Le roman de Leskov à été porté à l'opéra par Chostakovitch (Lady Macbeth du district de Mstensk - et pas du tout de Minsk !)dans un décor de steppe russe, ici dans une Angleterre oppressante et victorienne. Pas grand'chose à voir avec Shakespeare, sauf la froideur criminelle de l'héroïne - pour elle, pas de "Out, damned spot!", elle assume, elle voit, combine et exécute. Très beau film, lent, pensif, aux couleurs somptueuses, longs plans pleins de sens (on ne voit jamais l'extérieur de la maison, puisque tout est intériorisé sauf évidemment l'écurie et l'appel de la forêt et des lourds espaces marécageux. Quelques (très peu !) images un peu trop esthétisantes, mais c'est un premier film d'un réalisateur inconnu. Et, comme dans tout film bien british, des acteurs époustouflants. "Un peu ennuyeux", m'a dit un spectateur ; ah bon ? Moi, je suis resté agrippé à mon siège pendant l'heure et demie qu'à duré ce film. Evidemment, ce n'est pas du Jugnot...

Publié le 19 mars 2017
J'oubliais un détail : l'histoire du curé, de la nonne et de Luc 14:10. Pas extrêmement drôle, mais de quoi secouer nos voisins d'outre-Atlantique...

Publié le 19 mars 2017
Film assez distrayant de bonne consommation courante. Comme on tape sur le lobby des armes, on ne peut que faire plaisir aux spectateurs, surtout de ce côté de l'Atlantique ! Pour le reste... mise en scène assez nerveuse (pas toujours - il y a des passages à vide) mais personnages très stéréotypés (excellents acteurs cependant) et ce côté très hollywoodien classique "système anti-système" ("The System is rotten!"). Le dénouement inattendu, par contre, est bien mené et réjouissant. Et, ô merveille ! une critique bien menée de la loi anti-Nutella, huile de palme etc. qui s'oppose aux très habituels bêlements écolos - là, on prend de front la bien-pensance PC ! À mettre également au crédit du film le subplot du "stud" Robert Forde. Un divertissement honnête de samedi soir, donc.

Publié le 15 janvier 2017
Un petit "grand" film esthétisant, prétentieux et bien servi par un chef op' assez doué. Le scénario tient mal debout, on devine assez vite de quoi il s'agit, aucun retournement de situation comme on aurait espéré (et comme il y en avait deux dans "Mademoiselle"), mais un gigantesque tableau "REVENGE!" pour ceux qui n'auraient pas compris. Et puis, la resucée de tous les clichés mais pris sans nouveauté (LA "The Whore" photographiée depuis Mulholland Drive, les ciels et les nuages du West Texas, le désert à la manière de "Gerry", etc. etc.). Vraiment pas de quoi en faire tout le plat qu'en a fait notre capo di tutti i capi...

Publié le 3 janvier 2017
J'oubliais de dire que le balancement entre le coréen et le japonais ajoutait beaucoup dans le dialogue, non que je sois fluent dans les deux langues, mais les différences étaient très significatives !

Newsletter Cinebel

Suivez Cinebel