The Merchant of Venice

Origines:
  • Italie
  • Royaume-Uni
  • Luxembourg
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 2004
Date de sortie: 03/05/2006
Durée: 2h11
Synopsis : Venise, XVIème siècle. Bassanio demande à Antonio 3000 ducats pour pouvoir courtiser Porzia, héritière de Belmonte. Antonio est riche mais son argent est investi dans des navires marchands qui sont en mer. Il s'adresse alors au juif Shylock qui attend depuis longtemps l'occasion de se venger de lui. Et voici le marché que Shylock lui propose: au terme de trois mois, si la somme ne lui est pas rendue, il recevra en échange une livre de la chair d'Antonio. Selon la volonté de son père, Porzia ne peut épouser que celui qui surmontera l'épreuve des trois écrins. Bassanio ne se laisse pas leurrer et conquiert la main de la jeune fille. On apprend alors que les navires d'Antonio ont fait naufrage et qu'il ne pourra pas payer sa dette...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    Il n'y a pas suffisamment de cotes (2)

Avis des internautesdu film The Merchant of Venice

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 27 mai 2006
Pas mal, c'est normal, c'est du Shakespeare. Je n'ai pas lu la version originale, alors je fais quelques remarques sur le film. C'est vrai qu'il faut se remémorer l'époque sans aucun doute, mais ce qui me dérange, c'est que les prostituées qu'on nous montre seins nus dans les rues où les hommes se promènent et discutent entre eux, sont aussi belles et appétissantes, si pas plus !!! que les femmes soi disant vertueuses qu'ils s'échinent et s'endettent même pour pouvoir les épouser. C'est assez invraissemblant je trouve ! Cela doit tenir à lépoque : ou bien la femme est riche et on tente de l'épouser, ou alors, elle est pauvre et elle n'a d'autre recours que la prostitution. C'est cette problématique qui devrait être intéressante à mon avis J'aime bien le rôle du juif joué par Al Pacino mais je trouve que pour un homme présenté comme très intelligent au début du film, le réalisateur lui enlève une partie de sa faculté de penser à la fin, juste pour faire triompher une idée selon laquelle le juif a perdu. Personnellement, j'estime qu'il y a là une faiblesse de raisonnement.

Publié le 20 mai 2006
beau et envoûtant ... presqu'autant que Venise
  • 1

Partager

Suivez Cinebel