Taxi driver

Origine:
  • États-Unis
Genre:
  • Drame
Public: Tout public
Année de production: 1976
Durée: 1h50
Synopsis : Travis Bickle, un ancien du Vietnam arpente les rues de Naw York la nuit à bord de son taxi. Il n'a que du mépris pour tous ceux qui traînent en rue la nuit et prédit un 'grand nettoyage'...
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    7.8/10 5 votes - 3 critiques

Avis des internautesdu film Taxi driver

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 7 avril 2016
Un feel bad movie fonctionnant de par son trio (Schrader, De Niro, Scorsese)

Publié le 18 juillet 2011
le chef d'oeuvre de Scorsese. Pour moi, c'est un des films les plus fort que j'ai vu ! Superbe narration, superbes plans et incroyable métamorphose de De niro au cours du film

Publié le 14 juillet 2005
Il y a des films qui marquent l'originalité d'un réalisateur. De même que pour certains, l'affirmation du talent se concrétise par une évolution dans le travail de réalisation. Et pour les quelques rares autres, le génie est soudainement révélé dans la réalisation d'un film et va se confirmer dans une chronologie où la linéarité du talent artistique valide plus une carrière qu'une réalisation parmi tant d'autres. Et il peut alors arriver que certains films soient moins bons, voir odieusement mauvais, cela n'importe peu; le réalisateur n'a plus vraiment de preuve à fournir et peut se permettre de corrompre son talent indéfectible avec de moyennes créations. C'est le cas de Scorsese. Et le film Taxi Driver, où s'affranchit le talent de composition d'un tout jeune De Niro, en est la démonstration. On retrouve, dans le travail de réalisation, le génie affirmé dans "Means Street" qui deviendra la marque de fabrique de la première période de Scorsese. Les plans sont meubles et la caméra, comme dans "Means Street" traduit l'instabilité des personnages confondus dans une réalité à laquelle ils tentent de participer activement sans qu'une réelle équivocité ne se tisse, faute de compréhension mutuelle. Ainsi, la seule borne à laquelle tente de se rattaché le névrosé De Niro, c'est-à-dire l'impressionnante Cybill Shepherd, ne fera que confirmer ce malaise ambiant auquel Travis (De Niro) va donner une dimension ontologique qui rythmera le reste du film. La rencontre avec la jeune prostituée Jodie Foster (incroyablement mature dans son jeu) va marquer l'irrésistible chute du protagoniste qui aboutira -comble de l'ironie- vers cette reconnaissance tant désirée. "Taxi Driver", dans son travail de réalisation, marque l'histoire de la technique cinématographique (innovation que Scorsese, à l'instar de la plupart des cinéastes de la nouvelle génération des années 70 [Coppola, De Palma...) abandonnera rapidement, galvaudant ainsi un talent confirmé). C'est un film violent, mais dont sa dimension salvatrice traduit l'angoisse d'une volonté de reconstruction personnelle et de reconnaissance que l'aridité sociale semble peu y convenir. Chef d'oeuvre.
  • 1

Ils recommandent ce film

Partager

Suivez Cinebel