Laissez bronzer les cadavres

Origines:
  • Belgique
  • France
Genre:
  • Action
Public: Tout public
Année de production: 2017
Date de sortie: 10/01/2018
Durée: 1h30
Synopsis : La Méditerranée, l’été : une mer d’azur, un soleil de plomb… et 250 kilos d’or volés par Rhino et sa bande! Ils ont trouvé la planque idéale : un village abandonné, coupé de tout, investi par une artiste en manque d’inspiration. Hélas, quelques invités surprises et deux flics vont contrecarrer leur plan : ce lieu paradisiaque, autrefois théâtre d’orgies et de happenings sauvages, va se transformer en un véritable champ de bataille… impitoyable et hallucinatoire !

Vidéosdu film Laissez bronzer les cadavres

Horaires du film Laissez bronzer les cadavres

Régions
Versions audio
Formats vidéo
Jours
Heures


Nova

Bruxelles


Horaires du film Laissez bronzer les cadavres dans le cinéma Nova
Dates Versions Formats Heures
vendredi 23/02 VO   S.t. nl Ana
20:00
dimanche 25/02 VO   S.t. nl Ana
17:00 21:00

Avis des internautesdu film Laissez bronzer les cadavres

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
  • 1
Publié le 23 janvier 2018
Pas de contenu, pas d'histoire...beaucoup de bruit (pang-pang) et beaucoup de sang.Très ennuyant et décevant!

Publié le 16 janvier 2018
A l’instar de Tarentino Cattet & Forzani abordent ce genre si particulier, disons le trash psychédélique, en ayant digéré les lourdeurs de leurs prédécesseurs. En effet dans les années 70 que de nanars ont été célébrés au nom de cette culture du sous-genre. Ici les visions psychédéliques, qui forment véritablement l’ossature du film, ne sombrent jamais dans la figure de style stérile. Ils font pleinement partie de la mise en scène et contribuent à la dynamique du film. Celui-ci devient transgressif non dans ses thèmes mais dans sa façon d’aborder cette grammaire cinématographique. En prenant une place primordiale dans la structure narrative, les visions psychédéliques libèrent le film d’explications psychologisantes et autres déterminismes pesants. Il gagne en légèreté dans la durée, une gageure pour ce genre de film. Sa structure narrative, très libre, vient de ce que le langage purement psychédélique prend le dessus sans pour autant nuire à la clarté et à la vitalité de l’ensemble. C’est justement dans cette liberté totale que l’œuvre devient jubilatoire et devient un véritable objet de plaisir.

Publié le 14 janvier 2018
Hélène Cattet et Bruno Forzani ont déjà marqué le paysage cinématographique de leur empreinte artistique avec « Amer » et « L’étrange couleur des larmes de ton corps », deux films du genre giallo déconcertants mais extrêmement maîtrisés. Avec « Laissez bronzer les cadavres », le duo de réalisateurs réussit à relever un nouveau défi en proposant un thriller/western pas piqué des vers. Si l’histoire semble convenue, vue et revue, sa réalisation et son atmosphère presque psychédélique font de leur troisième long-métrage un ovni dont on sort la tête à l’envers, ce qui n’est pas pour nous déplaire. Notre avis complet est sur : http://www.ecran-et-toile.com/janvier-2018/laissez-bronzer-les-cadavres
  • 1

Partager

Suivez Cinebel