L'Agence

Titre original: The Adjustment Bureau
Origine:
  • États-Unis
Genres:
  • Thriller
  • Science-fiction
  • Romance
Public: Tout public
Année de production: 2010
Date de sortie: 23/03/2011
Durée: 1h47
Synopsis : Sommes-nous maîtres de notre destin ou sommes-nous manipulés pas des forces invisibles ? Dans le thriller The Adjustment Bureau, Matt Damon incarne un homme qui, après avoir entrevu l’avenir que le Destin lui réserve, réalise qu’il veut autre chose. Pour l’obtenir, il devra poursuivre la seule femme qu’il ait jamais vraiment aimée, à travers, au-dessous et dans les rues d’un New York contemporain. À la veille de son investiture au Sénat américain, l’ambitieux homme politique David Norris rencontre la ravissante danseuse de ballet moderne Elise Sellas, une femme comme il n’en avait jamais connue avant. Mais juste au moment où il va succomber, des hommes mystérieux conspirent pour les séparer... David se rend compte qu’il a affaire aux agents du Destin lui-même, les hommes du Adjustment Bureau, qui sont prêts à tout pour séparer David et Elise. Maintenant que les chances sont contre lui, il devra faire un choix décisif : renoncer à celle qu’il aime et accepter son destin… ou jouer le tout pour le tout et défier le Destin pour être avec elle.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    6.6/10 13 votes -  critiques
  • 5.0/10  Cote de DH.be du film L'Agence

  • 5.0/10  Cote de lalibre.be du film L'Agence

Avis des internautesdu film L'Agence

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 3 mai 2011
G. Nolfi, scénariste de Bourne Ultimatum, nous livre un bon premier film qui m'a fait personnellement pensé à "Butterfly Effect" et "Mr Nobody" en un peu moins décousu que ce dernier même si les effets visuels de Jaco Van Dormael sont d'un autre niveau. Ici le scénario tient la route même si l'univers et la logique de l'agence en tant que telle laisse un peu à désirer avec les fameuses "portes", le "substrat" et le "directeur" ; ici on pense à Matrix 2 et surtout 3, la mauvaise période. Cependant, on se laisse prendre car les acteurs s'en sortent bien : la belle Emily Blunt découverte dans "My Summer of Love" est très touchante et John Slattery, qu'on peut suivre dans "Mad Men", est très efficace et porte encore une fois très bien le feutre. Mention spéciale également à la musique de Thomas Newman, le génial compositeur d'"American Beauty". La fin un peu rapide est toutefois bien torchée et nous fait réfléchir sur la façon d'aborder les choix dans notre vie.

Publié le 18 avril 2011
Je ne me déplace pas souvent au cinéma et je suis souvent déçu de ce que je vais y voir... Cette fois, j'ai passé un excellent moment.. Le scénario est osé mais quand on rentre dans le jeu, le film est très prenant. Matt Damon est totalement convaincant et porte le film avec brio. La mise en scène vaut le détour, les musiques également. Bref, un très bon moment à conseiller...

Publié le 15 avril 2011
@ jfs : Malheureusement je ne peux discourir sur Gattaca, je l'ai vu il y a beaucoup trop longtemps. Donc je laisse présumer que tu as raison jfs, au plaisir de te relire itou (~_~). @ pekka : Idem mais dans un autre registre, je n'ai pas lu l'ouvrage de K. Dick, donc mes impressions sur ce film sont intrinsèquement liées au film lui-même. Une gageure de ma part fort malheureusement :o(. Comme pour jfs au réel plaisir de te relire Pekka. (~_~).

Publié le 14 avril 2011
J'adore Matt Damon , mais je me demande ce qu'il fait là. Peut être ne le sait il pas lui même. J'ai donné 6 pour lui parce que le film n'a pas de fond et surtout pas d'histoire. La seule chose que l'on peut tirer du film c'est que deux êtres qui s'aiment peuvent aller au dela de la volonté des autres.

Publié le 14 avril 2011
A nouveau, je partage à 100% le (généreux) propos de Cinecriture dans son commentaire, mais cette fois pas vraiment son avis sur la qualité du film lui-même. Après un début hyper-prometteur, et une merveilleuse scène (brillamment dialoguée) entre d'excellents M. Damon et E. Blunt dans les toilettes pour hommes d'un luxueux centre de congrès, le scénario avoue la foncière médiocrité de son adaptation de cette nouvelle du visionnaire Philip K. Dick, dont la radicalité et l'actualité des thèmes sont affreusement affadis et hollywoodisés dans une bluette sympathique et divertissante mais "un peu-beaucoup" grotesque ("Dieu", alias "le grand chef là-haut tout au-dessus de la hiérarchie de l'Agence", choisit le prochain président démocrate des USA, réécrit 12x son destin, refuse qu'il baigne béatement dans le bonheur conjugal pour maintenir intacte son ambition politique, l'oblige à courir dans tout Manhattan avec un chapeau en traversant des portes ouvrant sur d'autres dimensions, pour finalement accepter de ne pas le "réinitialiser": Oufti, valet!!!). Effectivement, heureusement que les acteurs sont attachants et Big Apple si photogénique!...

Partager

Suivez Cinebel