La Nuit nous appartient

Titre original: We own the night
Origine:
  • États-Unis
Genre:
  • Crime
Public: Tout public
Année de production: 2007
Date de sortie: 28/11/2007
Durée: 1h57
Synopsis : New York, 1988 : un nouveau type de stupéfiants s’est répandu dans la ville, entraînant la plus terrifiante vague de criminalité des annales policières. En manque d’effectifs et sous-équipée face au nouvel ordre criminel, la police enterre l’un des siens au rythme de deux fois par mois. Une guerre totale fait rage, menaçant indistinctement les coupables autant que les innocents. Bobby Green est pris entre deux feux. Gérant d’une boîte de nuit russe de Brighton Beach fréquentée par des gangsters tels que Vadim Nezhinski, Bobby garde ses distances, sans vouloir se mouiller. En dépit de son style de vie hédoniste et amoral, il est fidèle à Amada, sa petite amie, et rêve d’ouvrir sa propre boîte et de s’étendre hors de Brooklyn. Bobby cache toutefois un lourd secret. Son frère n’est autre que le lieutenant de police Joseph Grusinsky qui a suivi les traces de leur père, le légendaire capitaine Burt Grusinsky. Déjà délicates, les relations de Bobby avec son père et son frère sont mises à rude épreuve lorsque Burt avertit son fils qu’il s’agit d’une guerre... et qu’il va devoir choisir son camp.
  • /10 Vous devez être connecté à votre compte pour coter ce film
    7.3/10 11 votes - 10 critiques
  • 5.0/10  Cote de DH.be du film La Nuit nous appartient

  • 5.0/10  Cote de lalibre.be du film La Nuit nous appartient

Avis des internautesdu film La Nuit nous appartient

Vous devez être connecté pour ajouter une critique Créez un compte
Publié le 24 décembre 2007
Dommage car ce film a de très nombreuses qualités. De bons acteurs, une bonne réalisation et certaines scènes très spéctaculaires ainsi qu'un bon début de scénario. Je dis "début" car la fin du film est affligeante. Il y a tous les clichés du film policier américain possible et imaginable. Comment peux-t'on nous faire croire un seul instant au réalisme de cette histoire grand-guignolesque ? Décidément, après le très convenu "American gangster" le polar made in US se porte très mal à force de vouloir copier les années 70. Mais pour atteindre le niveau des polars d'antan, il faut de la SOBRIETE et non des rebondissements complètement débiles. C'est pas un navet mais ça aurait pu être un bon film.

Publié le 11 décembre 2007
Peut-être aurait-il fallu que je voie ce film dès sa sortie… Il a été porté par une vague dithyrambique de la part des critiques et du public, que je m’attendais à du faramineux, là où je n’ai ressenti que du très bon. Le film est bourré de qualités : une mise en scène très aérienne et nerveuse, des prises de vues brillantes et un rythme maîtrisé de bout en bout. Mais ce qui étonne le plus, c’est le choix même de la narration. James Gray s’attache d’abord à ses personnages plutôt qu’à la trame de l’action, dont l’alibi repose un peu sur l’improbable. Le portrait brossé ce cette relation triangulaire entre le père et ses deux fils est scrupuleusement réussie. Il est le fondement du scénario. Il en découle une vraie émotion palpable. La dualité entre les deux frères « ennemis » n’est pas sans évoquer, quoique différente sur le fond, celle de De Niro et Robert Duvall dans « Sanglantes confessions ». L’intensité des rapport est la même dans la notion du bien et mal, sur le rapport de force dans la fratrie, ou au niveau des sentiments qu’on n’ose exprimer… Tout cela mis en lumière par des acteurs dont le talent ne fait aucun doute, Robert Duvall, Mark Wahlberg. Plus phénoménale, la prestation unique de Joachim Phoenix, il touche ici à ce qui faisait jadis la griffe de l’actor’s studio, c’est un acteur racé et imposant. Il mange littéralement l’écran faisant de l’ombre à ses partenaires au point de créer un déséquilibre dans le récit. « La nuit nous appartient » n’est pas le film choc que j’attendais, toutefois il n’en demeure pas moins réjouissant.

Publié le 6 décembre 2007
Tout à fait d'accord avec fdde... une bonne scène d'ouverture et puis le film s'enfonce avec lourdeur dans les clichés et le pathos... après American Gangster allez voir plutôt Eastern promises...

Publié le 5 décembre 2007
Mise en scène basique mais transcendée par une excellente mise en scènes. L'interprétation est bonne mais ça a trop un air conventionnel et la fin, très américaine, vient tout gâcher et, donc, notre plaisir : "quand on se pisse dessus, on n’a pas chaud longtemps" (ça vient du film !)

Publié le 5 décembre 2007
Le scénario est affligeant ! Rien ne nous est épargné. Si vous voulez voir un bon film policier cette saison, filez voir "American Gangster" dans la salle d'à coté.

Partager

Suivez Cinebel